AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile de Velours
Félin Star
avatar

Perso 1 : Étoile de Velours / Étoile
Nombre de messages : 756
Age : 21
Puf : Velours ou V'lour

Guimauv' for Cacahuète!
Flower for Nut's
L'Huître for La Moule
Tissudouw for Dow

Vous pouvez trouver d'autre surnom si vous voulez!
Date d'inscription : 14/06/2009
Points : 892

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Lun 16 Aoû - 12:39

Œil de sang, pelage de lune

    Le soleil venait enfin de se couché dans son lit d’eau glaciale et noire. L’obscurité se déversa sur la vallée en quelques instant et l’astre de la nuit fit son apparition. Elle était toujours pâle comme la mort, certain disait qu’elle les réconfortait et d’autre assurait qu’elle leur porterait un jour malheur… Comme si la lune avait une double facette. Elle paraît douce en apparence, mais elle est peut-être la pire des démones ? Puis, après le satellite, les étoiles commencèrent à apparaître. Telle des lucioles, elle éclairèrent la voûte céleste en un instant. Il n’y avait pas un nuage, ce qui était parfait pour observer les cieux. Mais personne n’avait l’air de s’intéressé à ces petites boules de gaz, sauf peut-être les guérisseurs des stupides « Sans-Cervelle » ou plus communément appelé les chats de clans. Upsilon ne faisait pas partis de ses imbéciles, vouant leur vie au soi-disant Clan des Etoiles. Il se foutait pas mal des religions félines, qui n’avait aucun intérêt à par celui de perdre la boule ! Lui, il préférait le concret, la chair, le sang était sa seule façon de pensé. Et à ce moment là, la seule chose qu’il voulait, c’était de pouvoir allé se promener sans avoir son abrutie de chef sur le dos !

    Il avait donc décidé d’allé à la Maison Hantée. C’était son territoire préféré. Il avait d’ailleurs fait beaucoup de rencontre dans cet endroit maudit. Il avait eut également beaucoup de victimes. Il s’arrêta devant le portail de fer forgé. Il était totalement rouillé, et sur les murs de pierres environnants, des tas de mauvaises herbes avaient poussé. Cela datait de longtemps pourtant, le matou gris-brun crut un instant que c’était tout récent. Il se ressaisit et traversa sans mal le muret en ruine. Il arriva par la suite dans une cour d’herbes, de ronces et de buissons luxuriants. Un chemin de gravier mal entretenu menait à la vielle bâtisse hantée. En plus de l’atmosphère qui était oppressant, les cris des corbeaux et les grincements des volets auraient put donner la chair de poule. Upsilon s’avança, sans prêtée attention aux corbeaux. Il passa à côté de la porte, ne voulant pas entrer dans cette cage de pierre délabré. Puis, il escalada le lierre qui se trouvait à quelques pas de là et s’assit sur le rebord du balcon en marbre blanc. Le sanguinaire s’étira et bailla, puis prit la pose. Tel une gargouille, il attendit quelques minutes avant que même les corbeaux le confondent avec le décor. Dès qu’un passa à sa portée, il balança un puissant coup de patte sur le volatile qui s’effondra sur la pierre blanche. Upsilon ne prêta pas attention à l’oiseau de mauvaise augure…

    Après quelques heures, le corbeau taillé en pièce, plus précisément les ailes en moins, le bec demi-arraché et la totalité des plumes en moins, le félin s’amusait encore à regarder sa proie mourir à feu lent. L’oiseau, écœuré continuait à respirer faiblement s’étouffant dans son propre sang. Upsilon, lui, regardait au loin. Il savait que son apprenti ne serait pas à l’entraînement ce soir. Il avait d’autres choses plus importantes à faire. Des fois, le guerrier sanguinaire s’étonnait d’avoir un Sans-Cervelle comme apprenti. Mais vu que le félin en question était doué, il avait pris l’habitude de rigolé de ses origines. Il avait même appris que la mère de Stigma était devenu lieutenant. Si le sanguinaire l’avait pu, il en aurait profité pour l’égorgé à sa façon. Mais il connaissait trop bien son apprenti pour pouvoir tenté une mission pareille… Le félin aux yeux indigo se retourna, égorgea l’oiseau, qui l’empêchait de réfléchir. Il suça le sang de sa victime, car sa chair n’avait jamais été celle qu’il préférait et retourna s’asseoir sur le rebord du balcon.

    Dès qu’il rouvrit les yeux, un étrange point blanc attira son regard. Il se pencha, risquant de tombé et reconnu un félin. Il resta planté où il se trouvait, pour repasser pour une gargouille. Quelques minutes plus tard, l’intrus avait passé le portail et s’avançait sur le chemin de galets. Upsilon remarqua le déhanché de félin qui voulait signifier qu’il s’agissait d’une femelle. Le sanguinaire croisait beaucoup de femelle ces derniers temps… Aller savoir pourquoi… Il la regarda s’approché, puis, elle s’arrêta devant la porte. Le matou la regarda, et fut charmé par cette déesse. Elle avait le pelage plus beau que celui de la lune et les yeux plus rouges que le sang le plus délicieux. Il resta planté là, jusqu'à que la guerrière blanche remarque la fausse gargouille. Intrigué, elle s’approcha du lierre et grimpa avant d’arriver sur le balcon. Le sanguinaire voulait misé sur l’effet de surprise et se fut réussit. Celle-ci grimpa sur le rebord et fit quelques pas en arrière quand elle vit la tête du félin tourné. Le félin s’inclina et dit sagement :

    -Bonsoir, que fait une Déesse comme vous dans un endroit si délabré ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Mar 17 Aoû - 19:53

[ Désolée du retard et de ce RP minable, je n'ai pas beaucoup eut de temps ]


Cliquez.
    Dernière Ombre était venue ici, en terre Spartiate et était tombée sur ce tas de ruine par hasard, elle avait erré sur le territoire, telle une ombres. Elle aimait jouer à l'intruse et être belliqueuse envers les autres. Cherchant le combat et à humilier indirectement ses adversaires. Mais aujourd'hui, elle voulait passer à un tout autre niveau. Son jeu devenait plus pimenté, plus dangereux. Elle adorait le danger, elle riait de ce-dernier. Il y avait bien quelqu'un qu'elle n'avait pas encore provoqué : la Mort.
    Elle était donc rentré dans ce vieux Nid de Bipèdes mais aucun de ces babouins imberbes n'était venu ici depuis bien longtemps. Ce tas de pierre inspirait l'intrigue, le froid et la crainte, tout comme elle. Les volets grinçaient et ne put s'empêcher de frissonner. Les arbres, squelettiques, remuaient leurs branches comment pour l'attraper de leurs doigts malingres. Sans parler de ces hululements et croassements lugubres. Elle croyait bien n'avoir jamais vu un endroit aussi... morne et sinistre et étrangement cela l'excitait. Elle marchait dans l'herbe sèche et pourrie qui gisait à côté de ce chemin caillouteux qui semblait mener vers la grande et massive porte de la maison. Elle se refusait d'abimer ses merveilleux coussinets roses. D'une démarche voluptueuse elle s'avança jusqu'à se qui ressemblait à une fontaine en pierre à demi écroulée et de la mousse recouvrait la plupart du minéral. Elle soupira, vraiment rien d'intéressant ne la retenait plus, aucune chance de pénétrer le nid, la gigantesque porte était encore debout et aucune fissure assez larges pour son corps svelte ne lézardait le bas de la vielle bâtisse. Elle fit une moue désapprobatrice et se retourna vers la direction de la sortie où un vieux portail rongé par la rouille tenait encore, cabossé et tordu. Quand quelque chose attira son attention. Elle leva la tête et poussa un petit cri de victoire, un balcon s'élevait au dessus de sa tête, elle scruta les environs éclairés par le clair de lune et remarqua un plant de lierre agrippé au vieux mur, qui menait jusqu'en haut. Elle bondi et planta ses griffes dans la plante et escalada sans difficulté le lierre puis sauta d'un bond bien calculé, ignorant le vide, pour atterrir en douceur sur le rebord du balcon. Des gargouilles horribles se tenaient, semblant garder la maison. Une des gargouilles était côté d'une porte-fenêtre qui se dressait devant elle, elle se dirigea vers la vielle baie-vitrée, enfin... ce qu'il en restait, quand la tête de la gargouilles se tourna brusquement vers elle...

    Le cœur noir de la jeune chatte blanche battait à la chamade, les yeux pourpres écarquillés par la peur et chacun de ses poil hérissés. Une goutte de sueur vint perler sa tempe. Elle déglutit et recula prudemment de la gargouille vivante, tandis que la lune éclairait sa silhouette dans les ténèbres profondes de la nuit. La gargouille s'inclina et lança :

    - Bonsoir, que fait une Déesse comme vous dans un endroit si délabré ?

    Dernière Ombre soupira de soulagement avant que ses yeux ne brillent d'une furie noire. Cette gargouille n'était pas plus gargouille qu'elle ! En vérité c'était un chat plutôt grand au pelage sombre et aux yeux couleur foncé mais ne put distinguer correctement la couleur à cause de l'obscurité.
    Elle lui cracha :

    Ravale tes flatteries, je n'ai pas besoin d'un crétin de mâle comme toi pour savoir que je suis d'une beauté exceptionnelle.

    Ses yeux pourpres était devenus rouges vifs mais elle se calma très rapidement, un battement de cils et la voilà devenue joueuse et toute hostilité disparue. C'était l'une des facettes de Dernière Ombre, lunatique. On aurait put croire qu'elle remercierait le matou mais que nenni. Jamais, au grand jamais elle ne remercierait un mâle. Son mépris et sa haine envers eux était trop grande, trop intense, et ce serai aller à l 'inverse de ses plans machiavéliques. Les mâles.. à quoi pouvaient bien servir ? A rien. Sauf à perpétuer l'espèce. Elle ne put retenir une grimace. Elle envia les limaces et les escargots qui eux pouvaient se reproduire qu'importe le sexe du partenaire. Quelle chance cela aurait été d'être hermaphrodite... malheureusement cette déesse stupide avait tout gâché !
    Dernière Ombre ne croyait pas en le Clan des Étoiles, mais en l'Ethnie des Olympiuneras. Les Olympiuneras étaient des déesses qui ne protégeaient que la race des femelles. Reniant les mâles et les forçant à l'esclavage. Ils chassaient pour elles mais avaient l'interdiction de manger après qu'ils aient passé 12 lunes, les condamnant à mourir de faim et ainsi écarter toute révolte. Aucun mâle n'avait le droit se s'accoupler avec une femelle sous peine de mort des deux amants. Les chattes s'accouplaient entre elles et n'avaient nul besoin des mâles pour perpétuer la race. Les petits qui étaient mâles étaient tous rejetés de leur mère et ne survivaient que grâce aux autres chats.
    Les femelles se battaient avec férocité, contre les autres guerrières qui voulaient s'approprier le territoire mais toutes étaient d'excellentes combattantes grâce à Palya la Déesse de la Guerre et de l'Agilité. Toutes étaient magnifiques, don de Amyra, la Déesse de la Grâce et la Beauté.
    Pendant que les mâles vivaient un enfer les femelles se délectaient du plaisir de la vie. Malheureusement, le plaisir ne dura pas, une des déesses se prénommait Laya et était la Déesse de la Tentation et du Plaisir. Elle ne put s'empêcher de succomber au plaisir de s'accoupler avec un mâle. L'événement se fit entendre et les autres Déesses entrèrent dans une colère noire. Elles exécutèrent l'amant mais ne purent condamner leur sœur. Syna, la Déesse de la Sagesse et de l'Intelligence et surtout l'Aînée des Déesses, proclama sa décision. C'est ainsi que la Laya, fut bannie de l'Ethnie des Olympiuneras. Errant pour l'éternité, rependant la tentation et le plaisir sur Terre. Les femelles furent à jamais tentées de s'accoupler avec les mâles et le crime ne put être entièrement punit. Les Déesses ne purent tuer toutes les infidèles et durent donc s'éclipser et ne jamais revenir. Mais, quelques lignées de femelles, fidèles aux Olympiuneras continuent à perpétuer leur rites. Cependant, l'Ethnie des Olympiuneras devint légende et la légende devint un mythe qui tomba dans l'oubli. Plus personne d'entendu parler d'elles et elles ne refirent jamais surface, certains disent qu'elles sont mortes de désespoir d'autres racontent qu'elles se cachent et que leur fureur se propagera sur la Terre. Dernière Ombre allait faire resurgir l'épopée de l'Ethnie des Olympiuneras et ainsi les femelles règneront de nouveau, plus puissantes que les étoiles et plus belles que la Lune. Oui, un jour, tous les mâles redeviendront esclaves et les femelles auront leur place.

    - Et toi ? Comment un chat aussi idiot et dénué d'esprit que toi ait pu réussit à … me surprendre ?

    Elle avait parlé d'une voix gracieuse, jouant avec sa queue et se tortillant sensuellement. Elle regardait d'un air gourmand le chat brun. Puis, se retourna, laissant le grand mâle sur place, n'attendant même pas sa réponse. Elle se dirigea vers l'ancienne porte-fenêtre, la vitre étant brisée depuis très longtemps, elle sauta par dessus le verre et atterrit dans une salle sombre et poussiéreuse. Le plancher grinçait terriblement sous ses pattes. Elle éternua ce qui remua une couche de poussière qui s'envola dans les airs, formant un petit nuage.

    - Quel endroit...( petit bruit étrange venant de sa droite, elle se retourna précipitamment mais rien ) charmant...

    Une ombre se dessina derrière elle, le matou au poil sombre se trouvait derrière elle...
Revenir en haut Aller en bas
Étoile de Velours
Félin Star
avatar

Perso 1 : Étoile de Velours / Étoile
Nombre de messages : 756
Age : 21
Puf : Velours ou V'lour

Guimauv' for Cacahuète!
Flower for Nut's
L'Huître for La Moule
Tissudouw for Dow

Vous pouvez trouver d'autre surnom si vous voulez!
Date d'inscription : 14/06/2009
Points : 892

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Mar 17 Aoû - 22:45

Intelligence déchue

    Minuit, l’heure du crime, l’heure des démons les plus sanguinaires. Le moment où la lune est au sommet, au milieu de tout, la reine, l’impératrice du monde des vivants dans l’obscurité. L’univers était froid, repoussant. Pourtant l’air était lourd, oppressant. Le paysage était mort, sans couleur, sans vie, sans rien en fait. Seul les ruines de ses imbéciles de bipèdes régnaient, avec ses abrutis de corbeaux. Upsilon ne supportait pas ses oiseaux de mauvaise augure, mais appréciait franchement l’horreur du paysage. Depuis que les chats de clans c’était installé sur leurs territoires, il avait du leur laissé place, car Alpha le voulait. Les femelles, elle se prenne toujours pour les meilleures, les reines du monde. D’ailleurs, si cette femelle qui s’était placé à côté de lui n’avait pas eut cette désagréable odeur de félin de clan, il l’aurait pris pour leur chef. Le même pelage blanc, les même yeux et surtout, l’intelligence mêlée à la bêtise la plus totale. Et également le même sourire sournois… C’était une femelle qui n’avait pas froid aux yeux, sa se voyait dans son regard. Elle utilisait sa sensualité pour l’amadoué, mais le matou aux yeux indigo n’était pas dupe, on ne tombe pas dans le même piège deux fois !

    Oui, il s’était laissé surprendre par la magnifique beauté d’Alpha, avant de se mettre à la haïre plus que n’importe quoi, car Upsilon déteste les ordres, et ses imbéciles chattes qui se prennent pour les déesses de la race masculine les as bien trompés. La passion, la romance, c’est juste pour se rendre intéressant, mais c’est faux. Toutes les femelles on un masque, leur désir de devenir quelqu’un de puissant les aveugles, de plus elles n’ont pas le sens des responsabilités ! C’est vrai ! Si Alpha avait attaqué dés le départ, les Sans-Cervelles ne serait plus là depuis longtemps ! Mais les femelles sont trop fières pour cela. Un meurtre sans gloire ne les intéressait pas. Mais, la seule chose identique avec leur opposé les mâles, c’était de pouvoir planté leur griffes dans la chaire, pour pouvoir sentir l’odeur enivrante du sang… Mais se n’était pas suffisant pour le grand félin gris-brun. Il avait essayé d’être galant avec les dames, mais celle-ci le rejetait. Il les tuait donc, sans merci. C’était, l’une des facettes étranges de ce félin au lourd passé.

    Il s’était perdu dans ses pensées sans réellement s’en rendre compte. Le seul mot qui lui revenait en tête était celui d’Alpha, vu qu’il ne connaissait pas le nom de cette femelle qu’il disait déjà manipulatrice. Il ne voulait jamais vraiment se l’avouer, et il l’avait presque oublié depuis que de la nouvelle chaire fraîche se trouvait sur leurs territoires, mais il était fou…
    Fou amoureux d’Alpha… Et maintenant qu’il la connaissait vraiment bien, il s’était dit qu’il ne pouvait plus la voir en peinture, cette nuit là, cette femelle avec la beauté aussi époustouflante se montrait. Il se sentait presque mal à l’aise, revoyant sans cesse celle qui l’avait manipulé pour qu’il rejoigne ses rangs. Puis, il se tourna vers la Femelle-qui-n-avait-pas-de-nom et celle-ci répliqua des ces paroles qui lui semblait si loin à présent :

    - Ravale tes flatteries, je n'ai pas besoin d'un crétin de mâle comme toi pour savoir que je suis d'une beauté exceptionnelle.

    Le félin soupira ne comprenant donc jamais les femmes. Il était désœuvré. Il ne savait plus quoi pensé. Il commençait même à se dire que toutes les femelles n’étaient que des démones assoiffées du dégoût ou de l’humilité des mâles… Il aurait très bien pu faire son fier, la prendre par la peau du coup et la mettre au-dessus du vide, histoire de lui expulsé quelques insulte et peut-être même des excuses et des flatteries à son égard, mais il savait déjà que s’était perdu d’avance et préférait amplement se taire, lui qu’elle prenait dénudé d’intelligence. Il regarda la femelle et cru voir encore une fois son chef, elle était même encore plus lunatique qu’elle. Il voulut parler, mais celle-ci était déjà loin. Elle était descendue du rebord, commençant déjà à se diriger vers la fenêtre cassée, avec un rideau pourpre pendouillant à son entrée. La femelle blanche aux yeux vermeils finis par se retourné et lança, froidement :

    - Et toi ? Comment un chat aussi idiot et dénué d'esprit que toi ait pu réussit à … me surprendre ?

    Upsilon comprit qu’elle n’allait pas le laisser parlé aussi facilement. Né en moins, il laissa sa question en suspend pour pouvoir répondre plus tard. La guerrière blanche entra dans la pièce, le laissant en plan. Upsilon regarda les étoiles, comme pour se plaindre de ne jamais tombé sur quelqu’un de véritablement à sa hauteur. Il se leva à son tour, entendant un petit éternuent venu de l’autre côté de la vitre brisé. Il s’étira et passa à son tour derrière la fenêtre. La femelle réprimanda :

    - Quel endroit... charmant...
    - Ne faites pas attention à l’énorme trou au milieu de cette pièce, je crois que cette armoire n’aurait jamais du tombé, j’ai trop forcé avec mon apprenti la première fois… Mais je suis certain que les histoires des autres vous ennui. Mais, moi c’est le contraire. Je ne vais pas m’attacher au détail mais je voulais vous prévenir. On raconte que cette maison est maudite. Je vous vois avec votre regard amusé. C’est totalement vrai ! J’ai vu le spectre de cette bâtisse. Et qui plus est lui manque la patte arrière gauche. Mais je peux vous guider, un sans-cœur comme moi c’est faire des exceptions. Mais je suis certain qu’une femelle aussi dévoué à sa race, cette chère féminité ne vous laissera pas vous faire accompagner par un abruti de mâle comme moi, j’en conviens !


    A ses derniers mots, le matou aux yeux indigo grimpa sur le piano à queue de la pièce et fit résonner les notes les plus graves de l’instrument désaccordé. La femelle blanche feula, le poil hérissé. Le sanguinaire se mit à rire et rajouta :

    -Au fait, qu’elle est votre nom, votre majesté ! Le mien ? Moi, pauvre petit esclave de la race féminine ? Je m’appelle Upsilon, sanguinaire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Mer 18 Aoû - 18:41

Un geste qui dira bien des choses...


    - Ne faites pas attention à l’énorme trou au milieu de cette pièce, je crois que cette armoire n’aurait jamais du tombé, j’ai trop forcé avec mon apprenti la première fois… Mais je suis certain que les histoires des autres vous ennui. Mais, moi c’est le contraire. Je ne vais pas m’attacher au détail mais je voulais vous prévenir. On raconte que cette maison est maudite. Je vous vois avec votre regard amusé. C’est totalement vrai ! J’ai vu le spectre de cette bâtisse. Et qui plus est lui manque la patte arrière gauche. Mais je peux vous guider, un sans-cœur comme moi c’est faire des exceptions. Mais je suis certain qu’une femelle aussi dévoué à sa race, cette chère féminité ne vous laissera pas vous faire accompagner par un abruti de mâle comme moi, j’en conviens !

    Sur ce, le chat brun bondi sur un piano et il le fit jouer de quelques notes sombres et graves qui firent trembler les murs de la pièce. Son pelage se mit à hérisser sur son échine, et poussa un feulement d'irritation. Qu'est-ce que ce mâle l'agaçait... Il était évident qu'elle pouvait trouver à elle seule un fantôme errant... elle ne savait pas comment faire mais elle se débrouillerai, comme à son habitude. Le grand matou pouffa d'un rire rauque avant de la regarder droit dans les yeux. Étrangement, cela gêna la merveilleuse chatte blanche qui esquiva son regard.

    -Au fait, qu’elle est votre nom, votre majesté ? Le mien ? Moi, pauvre petite esclave de la race féminine ? Je m’appelle Upsilon, sanguinaire…

    La reine blanche lui jeta un regard noir et ouvrit la bouche avant de se reprendre et de finalement ne rien dire. Elle trouvait ce chat arrogant... ce qu'elle appréciait. Un désir s'empara de la femelle. Combien de temps elle ne s'était pas délecté du plaisir de l'accouplement ? Une lune ? Une moue vint se dessiner sur ses lèvres. Elle le scruta un moment, en silence. Elle s'avança du piano avant de se planter là. Elle n'appréciait pas du tout qu' Upsilon la regarde de haut ainsi. D'une expression indéchiffrable elle lui dit :

    - Je m'appelle Dernière Ombre et tâche de t'en rappeler, tu entendras bien souvent ce nom dans les commérages et discussions.. dans peu de temps.

    Elle baissa ensuite les yeux et tourna la tête vers une vielle porte entrouverte, elle s'y avança, laissant derrière elle le chat brun. Elle n'avait nullement envie que quelqu'un l'accompagne, dans un endroit aussi lugubre, poussiéreux et qui lui donnait des frissons de tout son corps... Non... enfin. Elle soupira, elle aurait bien voulu se frapper la tête contre un mur mais pas devant ce belliqueux.
    Ce-dernier était toujours allongé sur le piano un air moqueur sur le visage. Elle grinça des crocs.

    - Qu'est que tu as à me regarder ?


    Il ne lui répondit pas, ou du moins, elle ne l'entendit pas. Elle haussa les épaules et s'en alla. Bien décidée à ne rien demander à ce crétin. Elle passa la porte et tomba sur un couloir. Il faisait sombre mais ses yeux lui permirent de bien distinguer les environs. Prudemment, elle avança dans cet étroit chemin faisant grincer le plancher. Aucun bruit, toujours ce silence de mort. L'échine de la belle s' hérissa. Quand quelques chose la frôla à l'arrière-train, elle poussa un cri strident à glacer n'importe qui et bondi en avant. Elle retomba sur le sol, dix queues de renard plus loin se qui faisait une belle distance. Personne n'était derrière elle, seules les ténèbres.

    - Si c'est toi Upsilon tu vas me le payer !
    Aucune voix ne lui répondit. Le cœur battant à la chamade, Dernière Ombre se calma. Malheureusement, un bruit sourd suivit d'un craquement retentit sous ses pattes. Elle regarda, inquiète. Son bond sur le très vieux plancher en bois pourrissant n'avait pas amélioré la stabilité de la maison. Elle attendit un moment puis soupira.

    - Et bien... je me demande ce qui peut m'arriver de pire après ce mâle arrogant et charmeur et cette maison qui me fou la frousse...

    Soudain, ses pattes se dévoilèrent sous un grand fracas. Elle réussit à s'accrocher sur le rebord tandis que le reste s'écrasait en bas, un étage en dessous.

    - Et m****...

    Elle tentait de remonter mais le sol était trop glissant et ses griffes n'arrivait pas à prendre prise. Elle commença à s'affoler. Elle glissait ! Ses pattes arrières tentaient de prendre appui sur quelque chose mais rien à faire, le vide s'étendait au dessous d'elle. Elle regarda de tous les côtés. Le trou n'était pas bien grand mais suffisamment pour un chat. Rien, elle ne trouvait vraiment rien pour la remonter. Elle poussa un gémissement. Elle renonça.

    -Il est hors de question que je meurs ici, dans ce trou pourrit !

    Ceci lui donna du courage et la boosta à tenir... mais pour combien de temps ? La fatigue l'assommerait de plus ne plus et même si par miracle elle pouvait tenir longtemps, la faim, la soif et le sommeil l'emporterai. Soudain, elle sentit une ombre passer devant elle. C'était Upsilon ! Elle fut soulagée de le voir, étrange.
    - Upsilon ! Aide-moi !

    Elle se stoppa. Pourquoi le ferait-il ? Elle l'avait insulté elle ne regrettait pas ses mots... qu'allait-il faire ? Laisser la belle guerrière blanche mourir ou la sauver ?
Revenir en haut Aller en bas
Étoile de Velours
Félin Star
avatar

Perso 1 : Étoile de Velours / Étoile
Nombre de messages : 756
Age : 21
Puf : Velours ou V'lour

Guimauv' for Cacahuète!
Flower for Nut's
L'Huître for La Moule
Tissudouw for Dow

Vous pouvez trouver d'autre surnom si vous voulez!
Date d'inscription : 14/06/2009
Points : 892

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Mer 18 Aoû - 22:19

Ah ! Les femmes !

La musique adoucit les cœurs. Tu parle !

    La couleur ébène d’un piano, mêlé au brun du bois pourri de cette pièce. C’était assez original. Il y avait également des rideaux pourpres, un lit avec une couverture de même couleur, un papier peint totalement délabré, rose pâle, parsemé de petit cœur vermeil. Un petit lampion rouge sang pendait au plafond et un tapis de mauvais goût au sol. Cette maison était d’un sinistre, il y avait même plusieurs chauves souris, qui n’avait pas été alerté pas le bruit grave du piano. Les notes résonnaient encore et les yeux de la femelle blanche resplendissaient toujours de haine. Puis elle s’adoucit. Upsilon n’en revenait pas que l’on pouvait être lunatique à se point. Puis, la femelle s’approcha de lui et lança :

    - Je m'appelle Dernière Ombre et tâche de t'en rappeler, tu entendras bien souvent ce nom dans les commérages et discussions.. Dans peu de temps.

    Upsilon bailla puis se répéta en tête le nom de cette guerrière. Dernière Ombre, cela lui allait comme un gant, il fallait l’avoué… Celle-ci se retourna et se dirigea vers la sortie. Le matou brin resta planté là, la regardant partir. Elle l’amusait. Dès qu’il avait croisé son regard, il avait su que cette soirée allait être différente des autres, car la plupart du temps, il avait tendance à faire mourir celle ou ceux qui s’approcheraient trop prêt de lui. Mais là, c’était autre chose. Il voulait attendre de la connaître un peu mieux. La femelle blanche finit par se retourné et lança :

    - Qu'est que tu as à me regarder ?

    Upsilon se mit à rire, mais celle-ci faisait la sourde oreille. Elle était déjà partie dans le couloir, décidé à se débarrasser de ce mâle collant. Mais le matou voulait la suivre, avec un peu de distance, il voulait voir ce qu’elle voulait traficoter dans cet endroit lugubre. Il se leva puis sauta, atterrissant sur un petit tabouret juste devant l’instrument. Il commença à faire sa toilette, n’ayant que cela à faire pour que le temps passe plus vite… De son côté, Dernière Ombre avait l’air de bien s’amusé. Il n’entendait pas ses paroles, mais il sembla l’entendre crié. Peut-être cet abruti de spectre. Le sanguinaire pouffa légèrement. Il s’étira vaguement puis se rapprocha de la porte. A cet instant-ci, un bruit sourd se fit entendre, suivit d’énorme bloc dégringolant on ne sait où. Upsilon fronça les sourcils. Il sortit et atterri dans le couloir. Dés qu’il vu l’énorme trou au milieu de planché, il s’y dirigea, sautillant, comme si de rein n’était. Il s’arrêta à côté du trou, et vit deux pattes blanches essayant désespérément trouvé un appui plus sûr. Upsilon soupira de nouveau, et une voix retentit, légèrement plus bas :

    - Upsilon ! Aide-moi !
    - Eh puis quoi encore !


    Le matou avait lancé cela froidement, s’éloignant de la femelle. Celle-ci cria de toutes ses forces et Upsilon se retourna, puis fit quelques pas, en direction de celle qui n’allait pas tarder à faire le grand plongeon. Il se plaça au-dessus d’elle et lança un regard sournois à la femelle au pelage si blanc. Elle répondit par un regard noir survit par un grognement, puis, le regarda, plein d’approbation. Le matou sanguinaire évita son regard, puis posa sa patte sur la sienne. Celle-ci planta encore plus profondément ses griffes dans le bois pourri. Le mâle gris-brun savait très bien que si elle n’avait pas été dans cette position, les griffes de la belle seraient certainement plantées dans sa patte, et non dans le planché. Puis, le félin prit son inspiration, mis ses pattes avant à la limite du vide et s’étira pour attendre la nuque de la femelle. Il l’attrapa par la peau du cou. Elle commença à se débattre, certainement à cause du tranchant de ses crocs, puis la reposa sur la terre ferme. Le matou bondit, traversa le vide et regarda les dégâts.

    -Dommage, ce lustre en cristal était la seule pièce de cette bâtisse à encore valoir quelque chose… Il me rappelle vos yeux, Dernière Ombre…

    Le sanguinaire se retourna, commençant à disparaître au fond du couloir. Il s’arrêta en haut de l’escalier de bois pourri. Un épais nuage de poussière était tombé dans la pièce, donnant un effet lugubre. Les petit bout de cristal brillait, ressemblant plus à des paires d’yeux qu’a de simple pierre. Un énorme trou s’était formé au milieu de l’endroit, et des bibelots étaient tombés à terre, à cause du choc. Une multitude de rats pullulaient, effrayé par l’effondrement. Mais Upsilon ne se sentait pas d’attaque pour aller chasser. Et puis il préférait les grands espaces. Il s’assit, puis attendit que le nuage disparaisse. Avec un peut de chance, l’effondrement aurait peut-être crée une nouvelle sortie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Jeu 19 Aoû - 13:07

    Une question qui a de l'importance...


    «  - Eh puis quoi encore ! »

    Cette phrase résonna dans la tête de Dernière Ombre. Elle avait bien cru qu'il allait la laisser tomber et s'écraser sur le sol mutilée par les centaines de petits morceaux de cristaux éparpillés sur le plancher, prêt à transpercer la chair.

    -Dommage, ce lustre en cristal était la seule pièce de cette bâtisse à encore valoir quelque chose… Il me rappelle vos yeux, Dernière Ombre…


    Elle tourna la tête autour d'elle. Aucune trace d'Upsilon. Elle soupira. A quoi jouait-il ?
    La belle sanguinaire se dirigea vers un escalier en bois sombre. Il était grand et en demi-colimaçon. Elle posa sa patte sur la première marche et elle grinça des crocs. Elle avait une crampe. Elle clopina donc tout en grommelant, descendant les escaliers tant bien que mal. Elle failli glisser et une sueur froide la submergea. L'idée de dévaler les marches et de se briser la nuque la fit tressaillir. Elle finit par arriver au sol. Tout était noir et sombre. Quelques fins et timides rayons de lune filtraient par les crevasses qui lézardaient les murs dont le papier peint se détachait et tombait à terre pitoyablement. C'était vraiment sinistre. Elle décida d'aller inspecter les dégâts. Elle entra dans une grande salle où se trouvant des divans et fauteuils poussiéreux et crasseux, sans parler de leur état. Une silhouette était éclairée par le clair de lune qui provenait de la fenêtre de l'étage du dessus, passant par le nouveau cratère formé. Ses yeux pourpres brillaient et une petite brise enveloppa la douce fourrure de Dernière Ombre. Elle frissonna. Soudain, un mauvais pressentiment l'assaillit. Elle se vit devant des cadavres qui gisaient sur le sol, leurs oreilles noircit par de petit points noirs, certaines dégoulinaient de pus. Elle reconnu certains des chats... les corps faisaient tous partis du Clan de l'Ombre ! Un croassement de corbeau résonna. Dernière Ombre s'arracha de sa torpeur. Médusée et intriguée. Elle secoua la tête.

    -Ce n'est rien... juste un rêve...


    Elle inspira un bon coup et s'approcha d'Upsilon. Elle le revit entrain de la sauver, les griffes la retenant et ses crocs plantés dans son cou pour la hisser. Un vive douleur la prit au niveau de la nuque. Un liquide chaud et poisseux dégoulinait sur sa patte. Il provenait se son cou là où les crocs pointu du sanguinaire l'avaient mordu. Malgré ce geste sauveur, elle entra tout de même en colère, elle fusa sur le chat noir. Elle le contourna, il était assit l'air le plus apaisé au monde. Elle se planta en face de lui , tout crampe disparue et le foudroya du regard. Elle était à un souffle de son museau. Elle lui siffla :

    Si jamais tu me touches, si jamais tu me touches encore une seule fois... je te tue.


    Ses yeux écarlates plongeaient dans ceux d'Upsilon. Très sérieuse. Elle se détourna de lui et bondi sur un canapé, sous le poids de la chatte, une grande fumée de poussière s'éleva. Dernière Ombre s'assit la queue enroulée autour de ses délicates pattes, sur l'accoudoir du vieux divan. Elle scrutait les environs. Elle sentit qu'Upsilon avait lui aussi sauté sur le divan mais celui-ci se trouvait au-dessus des coussins, la regardant encore de haut. Elle grogna sans prendre la peine de se tourner vers lui:

    Tu te sens toujours obligé de te mettre en hauteur ?

    Soudain, son regard devint monotone. Elle se tourna vers lui, l'air indéchiffrable sur le visage.

    - Pourquoi est-ce que tu m'as sauvé ?
Revenir en haut Aller en bas
Étoile de Velours
Félin Star
avatar

Perso 1 : Étoile de Velours / Étoile
Nombre de messages : 756
Age : 21
Puf : Velours ou V'lour

Guimauv' for Cacahuète!
Flower for Nut's
L'Huître for La Moule
Tissudouw for Dow

Vous pouvez trouver d'autre surnom si vous voulez!
Date d'inscription : 14/06/2009
Points : 892

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   Ven 20 Aoû - 16:09

Rayon de lune

    Upsilon descendit rapidement les escaliers. Il aimait beaucoup la pièce d’accueil, avec cette grande porte en chêne massif. Là, juste à côté, se trouvait un porte-manteau bancal, et de l’autre côté, une lampas avec un chapeau plein de froufrou et de dentelle. C’était de mauvais goût, mais bon, c’était les bipèdes qui y avaient crée. On ne pouvait pas leur en vouloir, avec leur nid étrange et sans intérêts… Il se dirigea dans le salon, une pièce qui se trouvait à côté, séparé par un trou sans porte, avec un morceau de bois à terre, certainement le reste de cette ouverture. Il entra, se dirigeant vers l’un des divans, où Dernière Ombre était déjà assise. Une grande véranda se formait au font de la pièce, donnant une luminosité fantomatique à la pièce déjà lugubre. Le félin s’approcha d’abord d’un vase, encore rempli de terre, même si la moitié était sortie par la fissure que c’était formé dans le récipient en terre cuite. Il observa le reste de la plante, totalement desséché et une centaine de fourmis, continuant à modelé leurs territoires dans le contenue du pot.

    Puis, il sauta au sommet du divan, contemplant Dernière Ombre de haut. Celle-ci, irrité, continuait de grogner en lui lançant des regards noirs. Puis, elle finit par tourner la tête, décidé à l’ignorer. Upsilon quant à lui était retourné dans ses rêveries. Il connaissait à peut prêt cette bâtisse délabrée par cœur, passant quasiment toutes ses soirées dans l’endroit sinistre, c’était en quelques sorte devenu son jardin secret. Il avait tendance à passer ses nuits seul, ou accompagné de son apprenti Stigma, mais les occasions étaient rares pour que l’apprentie puisse quitter son Clan natal, celui de l’Ombre. C’est à cet instant-ci qu’Upsilon se rendit compte de quelques chose, la femelle qui se trouvait en contre-bas avait une odeur assez ressemblante avait son sur doué d’apprenti, sa voulait certainement dire qu’il devait faire partis du même clan. Etrangement cela ne le réjouit pas. Il s’étira simplement en signe d’irritation et la femelle blanche répliqua :

    -Tu te sens toujours obligé de te mettre en hauteur ?

    Le matou gris-brun grommela en signe de réponse. Il passa sa patte derrière l’oreille et se sentit gêné quant il vit Dernière Ombre le regarder, un regard étrange, vitreux. Elle inspira, et dit en un soupir, à peine audible :

    -Pourquoi est-ce que tu m'as sauvé ?

    Le sanguinaire la regarda, l’air de ne pas comprendre. Puis, il sauta de l’endroit où il se trouvait, pour se retrouver sur une pile de coussin noir, fait certainement de peau de vison. Il regarda dans les yeux de la femelle, qui l’évita une fois de plus. Upsilon se ressaisit et réfléchi plus profondément, cela lui était venu comme ça, il n’avait pas tellement réfléchit en fait, mais il répondit à la guerrière blanche aux yeux pourpre :

    -Mmmm ? Si je te disais que je n’en sais rien, se serait un mensonge, mais pour tout avouer, cela m’avait l’air normal… Pour moi, tu as un destin qui ne faut pas arrêter maintenant. Je pense qui si les Spartiates ne détruisent pas les chats de clan, quelqu’un d’autre les contrôlera… Et je pense qu’avec ton assurance, tu es bien partie ! Il me paraissait donc logique de te laissé en vie, mais si c’est idiot, venu d’un sanguinaire en plus, de laissé vivre une femelle qui vous insulte à votre première rencontre…


[C'est ridicule, désolé, je n'ai plus beaucoup d'inspiration...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus belle que la nuit... [Pv Dernière Ombre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Belle chemise de nuit, Madame la Directrice
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» La nuit du renouveau.
» [PRIORITAIRE] Petite Fleur [Ombre] - Femelle
» EVENEMENT ~ La dernière nuit (suite), [ PV tout le Clan ! ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Archives
 :: Terres des Spartiates :: La Maison Hantée
-
Sauter vers: