AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le martyre d'un jour (PV Sanka)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nuage d'Eau
Découvre la forêt
avatar

Perso 1 : Nuage d'eau
Perso 2 : Coeur d'Ebène
Nombre de messages : 49
Age : 21
Date d'inscription : 31/03/2012
Points : 72

MessageSujet: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Dim 8 Avr - 18:33

Je m'avance vers la rivière pour étancher les brûlures de ma langue, qui sont susceptibles de venir de la chaleur incroyable. Aujourd'hui est un grand jour. Je sors pour la première fois sans mon mentor. Ma mission: rapporter le plus de proies possible. J'ai chassé la matinée entière et j'ai pu dénicher sept proies dont deux givres, quatre campagnols et un lapin qui se détendait au soleil. Fière de mes trouvailles, je me dirige vers la cachette de mon butin pour le ramener par parties au camp. Soudain, je lache le campagnol qui pend mollement à ma gueule. Je me sens très mal. Je ressens le besoin de m'allonger car tout tourne autour de moi. J'ai peur de ce qui m'arrive. Mes membres ne répondent plus à l'appel muet que leur lancent les neurones de mon cerveau affaibli. Je sens que mes forces me quittent peu à peu. Qu'ai je fais pour mériter cela? Je n'ai rien mangé qui soit empoisonné, enfin à ma connaissance. Je regarde avec peine le campagnol qui gise près de moi. Je ne parviens même pas à le toucher du bout du museau. Ce mal inconnu me cloue au sol, me tuant douloureusement, coup par coup, comme un couteau qu'on planterait partout sauf dans le coeur pour faire souffrir la victime. Mes yeux se ferment doucement. J'ai peur de la mort imminente que pourrait m'apporter cette punition sans cause. Je faiblis rapidement et ne sens même plus le bout de mes pattes. Si seulement ma guerisseuse était là! Elle pourrait soulager mes douleurs atroces ou me tuer pour que je puisse avoir l'honneur de rejoindre le clan des Etoiles au lieu de subir ce martyre. Alors que ma vue se trouble, je peux apercevoir une silhouette blanche qui se penche sur moi, me regardant de ses yeux bleu profond. Je puise assez de force pour pouvoir délier ma langue gonflée et je parviens à murmurer d'une voix inaudible:
- ... Que me voulez vous?


Dernière édition par Nuage d'Eau le Lun 9 Avr - 18:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N u a n c e
Félin Légendaire
avatar

Perso 1 : Sankara
Perso 2 : Poussière d'étoiles, Vent.
Perso 3 : Jouvence des Ombres, Ombre.
Nombre de messages : 1961
Age : 22
Puf : Sanka' ou bien Sankara tout simplement.


Date d'inscription : 28/05/2010
Points : 2254

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Dim 8 Avr - 20:32

    « Si vous nagez dans le bonheur, pensez à éclabousser les autres. »
    Tourbillon d'écume.



    Les yeux clos, le mâle récupérait sa nuit. Pendant celle-ci, il n'avait pas réussi à fermer l'oeil à cause de sa compagne, la chouette qui avait poussé la chansonnette du début à la fin. C'était donc maintenant, en plein milieu de l'après midi, que le félin au pelage immaculé s'endormait. Ses paupières, lourdes comme pas deux, s'installèrent sur ses prunelles et le monde pour lui devint noir. Le sommeil l'emporta aussitôt. Le néant l'engloutit et doucement, il se fondit dans les bras de Morphée. Autour de lui, la terre continuait de tourner, les oiseaux continuaient de voler, mais lui, il était en "pause". A chaque fois qu'il dormait, le solitaire avait l'impression de revivre. Chaque fois qu'il sommeillait, son cerveau était emplis de rêves, tous plus fructueux que les autres. Il s'imaginait rentrer dans un clan, trouver un quotidien réglé aux bonnes pendules, avoir des chatons, un apprenti, une compagne, vivre une vie plate. C'était de ça qu'il rêvait. Mais pourquoi ? Pourquoi rêvait-il de devenir mentor, de chasser en compagnie d'un ami d'enfance ou de saluer son chef ? Pourquoi ? Lui qui aimait l'aventure, qui ne pouvait vivre enfermé, lui qui appréciait la solitude, pourquoi rêvait-il de ses choses qui en réalité lui paraissaient si futiles ? C'était étrange. Tourbillon d'écume n'aimait pas se savoir emprisonné dans ces rêves, mais lorsqu'il fermait les yeux, il n'avait pas la force de chasser les songes qui l'envahissaient. Alors il se laissait submerger par ce flot de petites choses si anodines aux yeux des autres mais qui l'irritaient plus que tout. Il revoyait, encore et encore, le quotidien des chat de clan défiler sous ses paupières closes. Pourtant, chaque fois qu'il les scellait, un envol de papillon curieux remontait le long de son estomac. Il appréhendait. Il avait hâte de voir ce qu'il allait découvrir aujourd'hui. Il voulait savoir ce qui aurait occupé sa journée si il avait fait parti d'un clan.

    Quelque chose tomba sur ses flancs. L'impact de la petite pierre le réveilla en sursaut. On l'attaquait ? Non. Certainement pas. Rares étaient ceux qui osaient le déranger et encore plus l'attaquer. Il était tout de même impressionnant par sa carrure mais de fois plus par sa réputation d'insensible et d'associable. Il n'était pas de ceux qui tuer pour vivre et vivait pour tuer. Il n'était pas de ceux qui prenaient un malin plaisir à sentir la chair se dissoudre entre le crocs ou à boire le sang de leurs victimes. Il n'était pas de ceux là. Il n'était pas un méchant. Non, il était simplement vicieux. Car oui, lui, il savait réfléchir. Il savait allier la réflexion avec la logique, l'humour avec la patience, la précision avec la curiosité et plus que tout l'impassibilité avec le silence. Toutes ces émotions, qui'l refoulait, faisait de lui un chat qui ne ressent rien. Tel était son surnom. Le chat qui ne ressent rien. Le chat qui, malgré son coeur, ne ressent absolument rien. Niet. Nada.

    Le mâle ouvrit les yeux brusquement. La pierre qu'il venait de recevoir venait de l'arbre qui l'abritait. Un projectile volontaire ou involontaire ? Une théorie à exploiter. Un à un, il étira ses membres avant de se relever et de courber l'échine. Ses muscles se détendirent. Il n'avait pas dormi longtemps, mais bien assez pour s'être reposé. Il était de nouveau prêt à aller débattre sur la couleur d'une feuille ou la profondeur d'un courant d'eau. D'un geste de la tête, il écarta une poussière un peu trop collante, fixée à sa moustache. Lentement, il promena son regard turquoise, rapellant les couleurs vives de l'océan, sur le maigre paysage qui l'entourait. Il n'était pas chez lui, il le savait, mais à quoi bon se stabiliser, il ne tenait pas en place de toute façon. Il se mit en marche, avec pour principale idée, la simple découverte du lieu qui lui faisait face. L'herbe, bien que rase, lui chatouilla les coussinets. S'en était presque idyllique.

    Un bruit mat le fit se retourner. Un corps qui heurtait le sol. Pour rien au monde, il ne se tromperait, ce bruit sourd des os qui se brisent contre la parois terrestre. Le mâle se précipita vers la source du bruit. Un monticule de fourrure argentée était étendu au sol. Avec précaution et discrétion, le félin au pelage blanc comme neige s'en approcha. Dans ses tempes, résonnait les battements de son coeur tant se forçait à être silencieux. Alors qu'il se penchait au dessus de l'inconnue, celle-ci releva la tête et son regard croisa celui, opale, du mâle.

    « Que me voulez vous ? »

    Mince filet de voix s'échappant de la gorge meurtrie de la femelle. Tourbillon d’Écume ravala sa pitié, toujours paraître insensible et fort. Le félin se pencha un peu plus près et les effluves d'une jeunesse amourachée emplirent ses narines. Il secoua la tête et une grimace de dégoût s'esquissa sur ses lèvres. Comment ça qu'est-ce-qu'il lui voulait ? Il s'assurait simplement qu'il n'était pas en danger ! et en aucuns cas il avait fait ça pour elle. En soupirant, il s'assit sur son arrière train, dominant de sa hauteur la petite chatte grise qui, minuscule par sa carrure mais aussi par sa position, paraissait bien faible. Le chat au pelage semblable au coton lui jeta un regard dévolu. Pour qui elle se prenait à lui poser une question aux multiples ouvertures comme celle ci ? D'un coup de langue agile, le mâle lissa le poil hérissé sur son échine. Mieux valait faire bonne figure plutôt que d'apeurer la pauvre chose grelottante à ses pieds.

    « Si je vous réponds rien, vous ne serez pas convaincue de ma réponse. Si je réponds tout, vous me prendrez pour un habile rêveur qui souhaite affronter la vie. Si je ne réponds pas, vous me trouverez bien peu aimable. Alors je ne sais pas quoi vous dire ... Bonjour peut être ? »


Dernière édition par Jouvence des Ombres le Jeu 19 Avr - 3:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Eau
Découvre la forêt
avatar

Perso 1 : Nuage d'eau
Perso 2 : Coeur d'Ebène
Nombre de messages : 49
Age : 21
Date d'inscription : 31/03/2012
Points : 72

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Lun 9 Avr - 0:10

Le chat blanc se tient toujours devant moi. Une lueur de pitié traverse ses yeux puis disparait en un instant. Je le voit de plus en plus mal. Il prend le temps de faire une petite toilette avant de répondre calmement:
« Si je vous réponds rien, vous ne serez pas convaincue de ma réponse. Si je réponds tout, vous me prendrez pour un habile rêveur qui souhaite affronter la vie. Si je ne réponds pas, vous me trouverez bien peu aimable. Alors je ne sais pas quoi vous dire ... Bonjour peut être ? »
Je regarde de toute la force qui me reste ce chat au pelage immaculé. Sa réponse est étrange. Je murmure dans un souffle un "bonjour". Je me rend compte que la raison du mal qui me tourmente est ma chute du haut d'une grande falaise. Comment-ai je pu rater ce trou béant? Peut-être un instant d'inatention... Désormais je regarde, impuissante, ce gros matou qui pourrait faire de moi ce qu'il désire dans mon état. Je dois avoir plus d'une dizaine d'os brisés. Ou peut être plus. Ou encore moins. Je n'en sais vraiment rien. Je prie le clan des Etoiles pour que je survive à cette chute qui me fait toujours affreusement souffrir. J'espère que mes blessures ne m'empècheront pas de devenir guerrière. Je n'ai pas un don pour guérir comme mon amie, Plume de Rose. Celle-ci est guerisseuse dans le clan du Vent depuis seulement deux aurores. Je tente de lever la tête mais sans succès. Il semblerait que plus aucun de mes membres ne veut réagir. J'ai beau lutter desespèrement, si mes blessures sont trop graves je rejoindrais bien vite le clan des Etoiles. je n'ose pas imaginer l'état de mon corps meurtri. Mes pensées se dirigent de nouveau vers le chat inconnu qui me regarde longuement, muet et interrogateur. Désormais, même bouger mes yeux me fait mal. Je plonge mon regard intensément dans celui du chat immaculé et je lui pose une deuxième question à laquelle, je l'espère, il répondra:
- Allez-vous m'aider? Au moins pour rejoindre mon camp?...
Ma question se perd dans un nouveau sursaut de douleur. Je manque de m'évanouir. Non, il faut que j'entende au moins la réponse de ce chat étrange avant de me laisser sombrer dans les ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N u a n c e
Félin Légendaire
avatar

Perso 1 : Sankara
Perso 2 : Poussière d'étoiles, Vent.
Perso 3 : Jouvence des Ombres, Ombre.
Nombre de messages : 1961
Age : 22
Puf : Sanka' ou bien Sankara tout simplement.


Date d'inscription : 28/05/2010
Points : 2254

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Jeu 12 Avr - 12:21

    « Amen toi ici. »
    Tourbillon d'écume.



    Un simple murmure. Un regard empli de surprise et de douleur. Que vit-elle ? Il n'en sais rien et il s'en contre fiche. La chatte miaule un inaudible "bonjour". Un simple mot de désespoir. Elle espère son aide. Mais lui, il ne s'en rend même pas compte. Aveuglé par son statut d'associable, il n'arrive pas à exprimer ce que son coeur ressent à cet instant. C'est tout lui ça. Un bouquet de sensations refoulées au plus profond de lui, ne manquant pas une occasion pour le tirailler. Il en souffre, mais se dis qu'il est plutôt bien comme il est. Alors il efface, il efface ce raz de marée qui le terrasse, il efface cette pluie de météorites qui le lapide, il efface cette tornade qui le soulève, il ferme les yeux, et il oublie. Il se promet que demain, il essaiera de ressentir quelque chose. Il se le promet, mais jamais, jamais il ne met en oeuvre cette promesse. Et il se déçoit tout seul. Il se fait mal lui même. Il brise sa plus grande espérance, celle d'un jour être normal. Il la brise d'un coup sec. Car il n'y arrive pas, il n'arrive pas à pleurer quand on lui annonce la mort de quelqu'un, il n'arrive pas à ressentir cette chaleur dans le bas ventre qu'on ressent quand on est amoureux, il n'arrive pas à éprouver ne serait-ce qu'une onde de joie quand il voit qu'aujourd'hui il fait beau. Non, il n'y arrive pas. Et à petits feux, ça le détruit. C'est dur de se sentir anormal. Tellement dur.

    Tourbillon d'écume se tient toujours devant la chatte qui n'est plus qu'un vulgaire monticule d'os brisés et de douleur. La peur se lit sur le visage angélique de la femelle, qui n'attend qu'une chose : de l'aide. Immobile, il la scrute, réfléchissant à comment il pourrait agir. L'inconnue tente de se redresser, chose qui bien sûr est impossible, elle vacille une demi seconde dans l'air, avant de retomber lourdement sur le sol. Écume cligne des yeux. Elle s'est stabilisée, la tête posée sur le sol. Un sursaut de douleur la fait se tordre comme un vulgaire serpent. Elle a sans doute mal. Le chat au pelage immaculé lui jette un regard innocent et c'est à cet instant qu'elle plonge ses yeux implorants dans les siens. Il secoue la tête, évitant la scène dramatique, comme il avait toujours su le faire. La femelle repose sa tête contre la terre sèche épuisée. Le mâle blanc soupire. C'est enfin fini, ces regards larmoyants, ces quinte de toux désespérantes, elle va mourir, ce sera peut être long, peut être court, mais lui, n'aura rien fait, encore une fois pour la sauver ou l'achever. Il pourra continuer son train train de vie normalement, en oubliant ce regard qui l'implorait.

    « Allez vous m'aider ? Au moins pour rejoindre mon camps ? ... »


    Ah, la blague. Lui aider ? Lui se rapprocher d'un clan ? Mais elle rêvait elle ! Et puis, depuis quand elle était vivante ?! Elle n'était pas censée être morte ? Tourbillon d'écume soupira longuement. Avec sa langue, il lissa son pelage, au niveau du poitrail avant de passer ses pattes sur ses moustaches. Il fallait agir vite, et précisément. Sinon, elle allait lui crever entre les pattes. Le solitaire lui jeta un nouveau regard écoeuré. Prenant sur lui, il se leva et s'ébroua, envoyant valser des milliers de particules de poussière accrochées à ses longs poils couleur neige. Il se campa juste au dessus de la femelle qui semblait à l'agonie. Combien d'os avait-elle de briser ? Sur une échelle de 0 à 10 à combien s'élevait sa douleur ? Comment gérait-elle le fait qu'elle devait se confier à lui et qu'il n'y avait personne d'autre pour lui porter secours ? Toutes ces questions traversèrent l'esprit du matou à ce moment là. Il cligna plusieurs fois des yeux, afin de s'habituer à la situation. Puis, dans acte réfléchi et obligé, il se pencha vers la frêle femelle. D'après lui, elle ne devait pas être bien lourde. Il planta ses crocs dans la peau de la femelle, et la souleva. Malheureusement, sa prise n'était pas bonne et il du la reposer pour ensuite,mieux se positionner et la soulever habilement. Il se releva, ayant posé les genoux à terre pour mieux l'attraper. En effet, elle était aussi légère qu'une plume. Essayant de ne pas trop serrer se crocs, il redressa la nuque, la soulevant donc à quelques centimètres du sol.

    « C'était si gentiment demandé. Où allons nous ? »

    Tentant d'articuler convenablement, malgré la masse de poils qui s'infiltrait das sa gueule, le mâle l'interrogea, espérant avoir une réponse nette et précise. Il se plaça à l'orée de la clairière, attendant la réponse pour s'engager. Décidément, si on lui avait dit qu'il jouerait le rôle d'un super héros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Eau
Découvre la forêt
avatar

Perso 1 : Nuage d'eau
Perso 2 : Coeur d'Ebène
Nombre de messages : 49
Age : 21
Date d'inscription : 31/03/2012
Points : 72

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Ven 13 Avr - 23:16

Le chat étrange me regarde sans aucune émotion visible. Je me rend compte que si il refuse de m'apporter son aide, je mourrais. Et, à vrai dire, je n'ai jamais vraiment pensé à ce moment de mon existence...
J'imagine la mort, tout d'abord, comme un précipice aux parois tellement glissantes que je ne peux m'y accrocher, même à l'aide de mes griffes. Tomber, tomber indéfiniment, tomber si douloureusement... Jusqu'à voir une lumière. Croire que la vie s'empare de nouveau de mon corps mais en fait, être dans une clairière illuminée. Attendre anxieusement l'arrivée de mes ancètres... Je sais bien que c'est un honneur d'appartenir aux rangs du clan des Etoiles mais je pense être trop jeune pour perdre une vie si précieuse. Je ne pourrais plus ressentir des sentiments physiques, chasser, me battre (quoi que je pourrais m'en passer). Je souhaiterais vivre encore un peu, voir mon baptême de guerrière... Et devenir une vraie chasseuse loyale au clan du Tonnerre.
Je suis interrompue dans mes pensées par un nouveau sursaut de douleur atroce. Si le chat ne se décide pas, je rendrais l'âme sur l'heure. D'ailleurs, il a rapproché sa tête de moi. Son regard est magnifique, son physique est très avantageux... Pendant un instant une connexion mentale s'installe entre nous. Je plonge au plus profond de ses yeux et y découvre plein de qualités. Non! Je ne dois pas rêver. C'est un solitaire et peut-être que d'ici quelques minutes je ne vivrais plus par sa faute. Tout d'un coup il me soulève du sol. J'émet un hoquet de douleur quand il se rend compte qu'il m'a pris dans une position inapropriée. Il me repose doucement au sol et corrige son erreur puis m'amène au bout de la clairière. Ensuite, il me demande, d'un ton généreux:

« C'était si gentiment demandé. Où allons nous ? »

Je puise un peu dans le peu de forces qu'il me reste puis murmure dans un souffle:

" Je suis du... clan du Tonnerre et... c'est par là bas vers... la forêt. Guide toi... par mon odeur..."
J'en viens à me demander si il a au moins entendu ce que je viens de prononcer. Je vais me laisser aux bras des ténèbres. Désormais, mon sort dépend du clan des Etoiles, mais surtout de ce chat inconnu. Je le trouve beau, dommage qu'il n'appartienne pas à mon clan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N u a n c e
Félin Légendaire
avatar

Perso 1 : Sankara
Perso 2 : Poussière d'étoiles, Vent.
Perso 3 : Jouvence des Ombres, Ombre.
Nombre de messages : 1961
Age : 22
Puf : Sanka' ou bien Sankara tout simplement.


Date d'inscription : 28/05/2010
Points : 2254

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Jeu 19 Avr - 0:10

    « Tu crois aux coups de foudre ? Oui ! Naïve. »
    Tourbillon d'écume.




    Son regard le transperce, remue quelque chose au plus profond de lui. Quelque chose qu'il ignore et qui comme d'habitude, disparaît. Pourquoi arrive-t-elle à le faire se poser des questions ? Non il ne veut pas. Il ne veut pas avoir à douter de son insensibilité. Pas maintenant du moins. Peut être qu'après, oui il s'autorisera à douter. Mais seulement une fois qu'il sera seul. En présence des autres, craquer est tout simplement inimaginable. Toujours ce voile invisible, cette sphère protectrice autour de lui, le recouvrant et repoussant toute trace d'émotion.

    « Je suis du... clan du Tonnerre et... c'est par là bas vers... la forêt. Guide toi... par mon odeur... »

    Le poids de la chatte commençait à se faire sentir et sa réponse est la bienvenue. Le mâle hésite quelques instants. Son odeur ? Elle est bien mignonne. Le matou au pelage immaculé lâche un soupir exaspéré. Qu'est-ce-qui lui a pris de se fourrer dans une histoire pareille ?! Il n'est pas sorti de l'auberge avec cette pauvre féline brisée. Celle-ci frissonne entre ses crocs. Tourbillon d'écume tente de dé-serrer sa mâchoire, histoire de ne pas lui faire de mal, mais il reste conscient qu'elle peut glisser à tout moment. C'est étrange, d'avoir un corps vivant dans la gueule. D'habitude, il attrape ses proies, et les tue, les transportant donc sans vie dans sa gueule. Mais là, c’est différent. Il pouvait sentir le sang de la chatte affluer. Sa peau chaude. Son poil doux. Son odeur, ses effluves qui envahissaient ses narines. Tout ça. Elle semble si fragile, ses os sont si fins entre ses crocs. Sa nuque semble prête à craquer s'il resserre ne serait-ce qu'un peu ses mâchoires autour d'elle. Il lui suffirait d'un coup de dent. Un seul. Un seul pour l'achever. Pour terminer ce qu'elle a commencé toute seule. Un seul coup de dent ... Un seul.

    Écume secoue la tête. Il chasse ses idées qui le surprennent. A quoi pense-t-il bon sang ? Il n'est pas un sanguinaire, un sadique, un meurtrier. Il est juste un pauvre solitaire fatigué par la vie harde qu'il ne vit pas. C'est tout. Revenant à ses moutons, le mâle fouille le paysage de ses prunelles azurs. Il faut qu'il suive l'odeur de la femelle pour la ramener à son camps. Le clan du Tonnerre. Si on lui avait dit qu’aujourd’hui, il allait découvrir ce qu'était un camps, il n'y aurait pas cru. Humant l'odeur de la féline immaculée, le mâle tenta de la retrouver sur les arbustes ou autres merveilles de la nature. Il avait une piste, quelques onces d'effluves plus très bien prononcées, certainement balayées par le vent, mais encore discernables. Gardant la tête haute, pour ne pas que la femelle traîne par terre, le solitaire chemina longuement silencieusement, ne voulant pas briser la bulle de silence qui les entourait. Ils traversèrent la forêt, malgré le fait que le matou aurait voulu s'arrêter, faire une pause, car même si elle n'était pas bien lourde, ses dents lui étaient douloureuses, il n'en fit point. Buté, il continua d'avancer.

    Enfin, le camps se profila devant eux. Des dizaines d'odeurs emplirent les narines du solitaire blanc. Celui-ci ne se sentait pas vraiment à sa place. A l'abri des regards, derrière un grand chêne renversé, le mâle déposa son fardeau avec une infime douceur. Il se redressa et bailla à s'en décrocher la mâchoire. Porter un poids pendant près de deux heures, avait endormie ses babines. Il se tourna ensuite vers la chatte qui s'était recroquevillée sur elle même. D'un mouvement de la patte, il l'aida à se redresser du mieux qu'il le pouvait. Puis, il brisa enfin le silence qui les avait accompagné depuis leur départ.

    « Nous sommes arrivés à destination. Merci d'avoir choisi la compagnie de vol Tourbillon d'écume. Nous espérons que vous avez passé un agréable vol. Au plaisir de vous revoir. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nuage d'Eau
Découvre la forêt
avatar

Perso 1 : Nuage d'eau
Perso 2 : Coeur d'Ebène
Nombre de messages : 49
Age : 21
Date d'inscription : 31/03/2012
Points : 72

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Jeu 19 Avr - 23:57

Le chat pousse un soupir d'exaspération. Mince, je l'ai sûrement vexé. Mais il tend son nez et me porte vers mon camp. Nous avancons, lentement mais vraiment. Au fur et à mesure, je commence à ressentir les bienfaits de l'odeur des miens. Après ce qu'il me semble une éternité, le chat me dépose au pied d'un grand chéne et ouvre sa gueule:

« Nous sommes arrivés à destination. Merci d'avoir choisi la compagnie de vol Tourbillon d'écume. Nous espérons que vous avez passé un agréable vol. Au plaisir de vous revoir. »

Je ris doucement. Oui, c'est vraiment dommage qu'il doive s'en aller. Il m'aide à me mettre debout. Je vacille puis m'écroule au sol. Mes pattes ne me portent plus. je ressens des vertiges aominables et j'ai mal à la tête. J'ai l'impression d'être malade. Je me sens de plus en plus mal. A croire que le clan des Etoiles a décidé de m'appeller à ses rangs aujoud'hui. Je sens la mort m'emporter peu à peu. Mes blessures doivent être graves au point que je ne peux tenir debout. il faut que ce chat solitaire previenne qulqu'un de mon clan, où je rendrais l'âme d'ici quelques minutes. Je parviens à lever la tête puis prononce dans un faible soupir:

"Je ne parviendrais pas à atteindre mon camp; je t'en prie, ... je sais que c'est dur pour toi, mais il faut que tu... préviennes quelqu'un... Je crois que je vais donner mon âme au clan des Etoiles sinon..."

Je ne parviens pas à en dire plus. Un voile noir a barré tout contact que j'avais avec la réalité. J'ai peur. La mort est elle sur le point de m'emporter? Désormais, le chat peut faire ce qu'il veut... C'est déjà fini. Enfin, je crois.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N u a n c e
Félin Légendaire
avatar

Perso 1 : Sankara
Perso 2 : Poussière d'étoiles, Vent.
Perso 3 : Jouvence des Ombres, Ombre.
Nombre de messages : 1961
Age : 22
Puf : Sanka' ou bien Sankara tout simplement.


Date d'inscription : 28/05/2010
Points : 2254

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   Sam 21 Avr - 2:36

    « Call me maybe. »
    Tourbillon d'écume.




    Elle rit. C'est sans doute la fatigue. c'est sans doute le stress. C'est sans doute la peur. C'est sans doute la douleur. C'est sans doute le soulagement. C'est sans doute l'anéantissement. C'est bel et bien quelque chose, mais ce n'est pas lui. Ce n'est pas lui qui l'a fait rire, ce n'est pas possible. Jamais, dans toute sa vie, il n'a fait rire quelqu'un. Jamais de toute sa vie, quelqu'un a ri après qu'il ait lancé quelque chose de drôle. alors non, ce n'est pas maintenant que cela va commencer. Cette femelle est fatiguée, tiraillée par la douleur, elle ne sait même peut être plus ce qu'elle fait, alors oui, elle a rit comme ça, et son éclat de rire reste sans importance.

    Oui, mais non. Il aimerait ne pas s'en soucier, mais il n'y arrive pas. C'est pas de sa faute à lui si la vie de clan l'attire, si la simple allusion à une vie normale l'excite. Il aimerait rejoindre un clan, avoir le courage de s'y introduire. Et enfin connaitre la vie de clan. Manger en compagnie d'autres guerriers. Avoir un apprenti. Trouver une compagne. se rendre aux assemblés. Défendre son clan. Aider le groupe d'anciens. Observer les chatons jouer dans la poussière. Chasser pour remplir le tas de gibier. Aider la guérisseuse à ramasser des plantes. S’entraîner dur. Voir son apprenti réussir. Assister aux baptêmes. Être aimé, respecté et apprécié. Garder sa loyauté. Vénérer son chef. Partir en patrouille tôt le matin. Faire des parties de chasse entre amis. Visiter les terres. Chasser les ennemis. Avoir un deuxième apprenti. Voir naître des chatons. Se prélasser au soleil en bonne compagnie. Avoir des amis. Toiletter l'un d'eux. S'amuser. Rire. Apprendre. aimer. Vivre !

    « Je ne parviendrais pas à atteindre mon camp, je t'en prie, ... je sais que c'est dur pour toi, mais il faut que tu... préviennes quelqu'un... Je crois que je vais donner mon âme au clan des Etoiles sinon... »

    La voilà qui se remet à pleurnicher. Le mâle à la fourrure blanche se penche instinctivement vers elle. La voix de la chatte n'est plus qu'un mince filet de voix, presque inaudible, et pour des oreilles comme les siennes, il vaut mieux qu'il s'approche pour pouvoir entendre ce qu'elle geint. Celle-ci à terminer, sa tête retombe contre le sol et ses yeux, grands ouverts, se voilent d'un nuage noir. Le solitaire effleure du bout des griffes le corps brûlant de la femelle. Est-elle morte ? Le torse de la blanche se soulève en un dernier effort. Et non, loupé, elle est encore en vie. Le solitaire se recule de quelques pas, écoeuré par ce surplus de vie qui ne veut pas quitter la chatte, par ce sang qui ne veut pas cesser d'affluer dans les veines de la séraphine.

    « Tout ce que vous voudrez, mam'zelle ... »

    Pour la deuxième fois, le mâle au pelage immaculé se penche vers la nuque offerte de la chatte et s'en empare délicatement, serrant à peine les crocs. Il souleva le corps meurtri avec une facilité déconcertante, il avait pris le coup de main et la femelle n'était pour lui maintenant qu'un tas de plumes. Lentement, il se redressa, basculant un maximum le poids de son corps vers l'arrière, pour éviter d'être déséquilibrer par la masse de la chatte. Il avança péniblement sur les premiers mètres, cherchant son équilibre puis s'élança, vif comme un nouveau né. Il franchit les quelques derniers mètres qui le séparer de l'entrée du camps avant de marquer une pause devant celle-ci. Il inspira une grande bouffée d'air avant de s'engager dans l'allée de bambous. Ne pas se laisser le choix, foncer, ne pas regarder derrière, ne pas laisser le doute l'envahir, garder la tête haute, ne pas trembler, paraître fort.

    Les voilà débarqués au beau milieu d'une petite clairière. Des dizaines de paires d'yeux les dévisagent. Enfin, surtout lui. Son odeur de sauvage, sa fourrure négligée, son allure de vieux carnassier ... Soudain, il oublie tout et devient tout petit. Il lâche le corps, sans prêter attention à où il va retomber et se recroqueville. Il n'aurait pas du venir là. Il se penche vers les oreilles de la chatte qu'il vient de poser au sol et murmure, l'air pressé :


    « J'espère qu'ici vous ira ... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le martyre d'un jour (PV Sanka)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le martyre d'un jour (PV Sanka)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR
» Discours du premier ministre Alexis(jour des aïeux)
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» 5 fruits par jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Archives
 :: Anciens RPS
-
Sauter vers: