AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Lun 7 Oct - 2:33





    “Ailes Vagabondes”
    Let’s play a game ! I eat you and you don’t say anything. Okay ?


    Cranberries – Zombie

    Des envies de meurtres, un goût de sang dans la bouche, les pupilles dilatées. Elle n’est plus elle. Elle n’est plus rien. Elle aurait dû s’en douter. Un tel sadisme. Son calvaire ne faisait que commencer. Et l’eau, cette eau. Impossible. Incroyable. Son esprit déraillait. Elle s’égarait dans ses propres pensées. Plus aucune logique. Une seule idée fixe. Tuer. Elle avait failli réussir. Un chaton, tout faible. Elle allait le frapper. A mort. Et une voix, puis plusieurs avaient jailli dans sa tête. Des questions existentielles qui l’avaient distraite. Laissé sa proie lui échapper. Grognement de haine. Les voix, elle ne les entendait plus. Enfin pas les leurs. Ses âmes. C’est comme si elle était coupée de tout. Elle entendait les pensées des autres mais ne les comprenait pas. Elle avait juste vaguement senti le besoin de fuir, de se fuir, de tout fuir. Alors elle était partie. Elle errait, vagabonde. Âme Vagabonde. Voilà quel aurait dû être son nom. Une âme perdue, brisée à tout jamais. Au fond, elle le savait depuis le début. C’était trop tard. Elle avait commencé à mâchouiller ses membres, rit quand ils commencèrent à tomber. L’oreille droite d’abord, qu’elle caressait autrefois machinalement. Elle pendouillait lamentablement au-dessus de sa tête, tel un couvre-chef morbide. Puis elle était tombée. Et ce fut réellement le début de la fin. Sa fourrure partait en lambeaux, son œil droit était sorti de son orbite, retenu par quelques nerfs encore vaillants. Allez savoir comment, il marchait encore. Plus pour très longtemps. Qu’importe. Elle voulait tuer. Et elle allait commencer par elle.

    Je marche, je cours, je vole. Je suis un oiseau privé d’ailes. Elles sont parties un jour pour ne plus jamais revenir. J’aimerais partir moi aussi. Tout serait tellement plus simple. Je partirais de toute façon. Mais pas maintenant. J’ai du travail à terminer. A commencer aussi. Oh, un ruisseau ! Pourquoi change-t-il de couleur comme ça ? Je ne sais pas, je ne sais plus. La lune est comme un frère, un assassin de l’ombre prêt à me sauter dessus. Ami, ennemi, va savoir. Un reflet dans l’eau, des images, des souvenirs. Il ne se passe rien au fond. Rien d’autre que de la haine et du plaisir. Et moi dans tout ça, je fais quoi ? Je me bats pour qui, pour quoi, où, comment, telle est la réponse de ma question. Tout a un sens, rien n’en a plus, et je cours à en mourir sur le sentier de la perdition. Des pas, un frémissement. Plus rien ne bouge, à part un œil raccroché au fil de la vie, qui se balance tel un serpent d’eau douce. Au fond, qui suis-je ? Je n’ai plus d’âme, les chiens me l’ont prise, en même temps que mon cœur. Je ne respire plus, il s’est arrêté de battre. Pour toujours, à jamais et pour la vie. Quelle vie ? La tienne, la mienne, la sienne ? Peu importe, une chose compte. La mort, maîtresse des dieux et des envies, grain de folie dans mon esprit dérangé, sur cette chair pourrissante, ces membres défaillants qui me quittent petit à petit, autant que la raison que je n’ai jamais eu. Des voix dans ma tête, encore et toujours. Pas les leurs. Bloqués. Finis. Notre sort à tous au fond. Première à mourir peut-être. Dans ce monde du moins.

    Le soleil est mon ami, qui me quitte au lever du noir, d’un tel rouge qu’il en ferait pâlir les étoiles. Et la logique, dis-moi ? Viendra, viendra pas. Elle est là, tapie au fond de mes souvenirs, chuchotant ses mots venimeux à travers les fibres de mon corps, rendant simple ce qui est difficile et ce qui ne l’est pas, cherchant à me corrompre, avide de sentiments. C’est une conquérante, une gagnante. Elle a toujours raison, toujours un sens, au fond. Peut-être est-ce la seule. Dansera, dansera pas ? Un glaçon qui fond sur ma langue, des feuilles qui fouettent mes pattes, les saisons qui jouent avec mon corps, mon cœur, qui m’ont tout pris. Sauf les sens, seuls alliés véritables, infaillibles. Inépuisables. Des bruits de pas, un souffle, plusieurs ? Ce n’est pas le vent, il s’amuse trop à lancer des bourrasques pour faire voler cet œil qui n’est ni à moi ni à toi. Folle, tu es folle. Je ne suis pas comme toi, ne le serais jamais. Le suis. Trop tard ? Cette voix, persistante, qui envahit mon esprit, cet esprit qui ne devrait plus exister, consumé par les flammes de l’enfer, celles qui ont brûlé mon âme impure. Une pensée limpide, soudain. Tuer. Ou au moins faire mal. Avec les mots, les pattes, qu’importe. Souffrir. Nous devons souffrir. Elle aussi. Lui aussi ? Aucune importance. Tous.

    Un filet d’eau qui coule sur mon menton. De la bave ? Bah. Mes pattes qui tentent de se coordonner, d’avancer, de se repérer. Bande d’idiotes, vous n’avez pas de cerveau, pas comme moi. Je vous suis supérieure, obéissez-moi ! Pourquoi ne m’obéissent-elles pas ? Je ne les ai pas mangées pourtant. Pas trop. Goût de sang, envie de rouge. Massacre de tomates, déraisonnement total. L’ineptie est la vérité vraie, elle ne ment jamais. Ne peut pas. Ma langue est engourdie. Est-elle seulement encore là ? Non, j’avais faim. Elle est partie, comme tout le reste. Peut plus parler, mais peut penser. Encore. Toujours. On y revient forcément à la fin. Et ma conscience, qu’en dit-elle ? Survivre, c’est tout, peu importe les moyens. La fin les justifie, les brise et les fortifie. La faim a-t-elle déjà existé autre part que dans mon estomac ou bien me faut-il aller la chercher dans les tréfonds des âmes ? Et retrouver la mienne. Plus proche. Une odeur de pourriture. Est-ce moi ou elle ? L’une de nous est de trop. Pas moi. Il est l’heure de mourir.
    Code by Pokipsy



    Spoiler:
     

_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélancolie Démentielle
    MODOW SWIE
    I will never forget you...

avatar

Perso 1 : Mélancolie Démentielle / Rivière
Perso 2 : Petite Aile / Rivière
Perso 3 : Framboise Sauvage / Rivière
Nombre de messages : 3702
Age : 24
Puf : Swie ( entre autre !^^)



River Power !
Date d'inscription : 02/05/2009
Points : 4204

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Mar 8 Oct - 20:46


Ange Déchu :
Tic-Tac... Time past...

-UC Je m'y met dès que je peux ! =) -
 
UC   

_________________
Énergie Mystique
Puise ton énergie de la haut, et tu verras, tout ira bien ...


Spoiler:
 



Esquisse Elfique
Tout en harmonie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Dim 27 Oct - 21:16

    UP ?

_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Orchidée
    MODO

avatar

Perso 1 : Etoile d'Orchidée // T
Perso 2 : Toile d'Araignée//O
Perso 3 : Petite Citrouille // O
Nombre de messages : 1883
Age : 20
Puf :
Spoiler:
 

Date d'inscription : 12/11/2011
Points : 2111

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Sam 2 Nov - 3:03


Il ne savait pas ce qui se passé dans sa tête maintenant. Cela faisait quelques jours qu’il n’allait pas bien, il rêvé de vers de terre et de larve  goupillant dans des proies éventrés. C’était terrifiant mais exaltant aussi. Comme ci voir la mort lui procuré un plaisir instance.  Effrayait par ses pensées sinistres il avait essayé de fuir. Essayé car il n’arrivait plus à rien. Il se sentait mal, son séjour chez le guérisseur n’avait absolument rien donné. Les plantes avalées n’avaient fait que le rendre plus mal encore.  Le chat roux avait perdu de sa superbe, ses yeux verts avaient perdu de leurs éclats et ils étaient plus grands que d’habitude. Il avait crié sur son apprentie alors qu’il savait que celle-ci était contre la violence, il ne comprenait pas ce qui se passait et prenant comme argument le fait que leur ancien chef Etoile d’Azur les avait lamentablement lâché et aussi attaqué. Attaqué ses propres membres. Le guerrier roux avait été touché et cela le dégoutté profondément. Il avait honte de se chef dorénavant banni du clan. Tout le monde avait été choqué. Les chatons traumatisés et la réputation auprès des guerriers du clan de l’ombre….Il essaya de fuir son clan pendant un petit temps décidant de fuir vers les terres neutres le temps d’un moment. Mais ses muscles bloquaient et il n’arrivait pas à courir.  Il ne faisait que  marchait, des muscles douloureux. Il traversa son territoire et se fut une vraie misère. Un grognement roque s’échappa de sa voix. Qu’est ce qui lui prenait. Rien, il était dans une mauvaise passe. C’était normal tout le monde vivait ça un jour.  Il arrivait quelque part, perdant la notion du temps et son sens de l’orientation. Cela faisait longtemps qu’il était parti ? Oui et non. Il grinça des dents. Un truc ce détacha. Son regard vert se pencha en avant et il découvrit une petite canine blanche jonchant le sol. Etait-ce à lui ? Oui surement. Quelle tristesse. Il était jeune et pourtant comme les vieux il perdait ses dents. Ce n’était pas son jour. Lorsqu’il releva la tête un autre chat était là. Il pencha la tête sur le coté, sa mâchoire ayant le gout de sang à cause de la canine récemment tombé. Il ne bouge pas, statique alors que le sang coule de sa gueule.


PS : ma fiche était déformé donc j'ai préféré l'enlever, c'est normal que la page soit aussi déformé ?

_________________

Etoile d'Orchidée-Toile d'Araignée - Tendre  Basilic - Bleuet Glacé- Nuage de Vérité - Nuage de Mangue - Petite Citrouille


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Sam 2 Nov - 7:22




    “Ailes Vagabondes”
    I live since the stars to the end, sing like a bird, fly like a potato. But I still here and nowhere.


    Eminem ft. Rihanna – The Monster

    Le feu, il me brûle les yeux, pourrit ma chair, assèche ma gorge, me rend vivante, immortelle, me tue à petit pfeu. Est-ce un bien ou un mal ? Ce feu qui bouge tout seul, un concentré couleur carotte pas fraîche, va-t-il me tuer ou vais-je le manger aussi ? Je veux le faire saigner lui aussi, lui éclater les os, entendre ses craquements, voir son sang couler. Ce feu saignera, il le peut, il le veut, n’est-ce pas ? Peu importe, il brûle déjà. Deux lacs de verdure moisie qui flottent à l’intérieur, comme s’ils en étaient protégés. Le feu sent le chat. Un chat enflammé, un signe des Étoiles. Ils ne m’ont pas oubliée, ils m’envoient un messager, ce feu purificateur pour mon âme souillée, mon corps putride et ces envies de suicide. Le message sent le sang, le feu saigne. C’est presque magique, captivant. Même un être étrange peut mourir. C’est si beau la mort. Le sang aussi. Un si bon goût. Un éclat blanc à ses pattes, une dent. Racine des arbres à venir, terreau de mes défaites. C’est la sienne peut-être. Ainsi, même en haut ils meurent.

    Je veux parler, ne peux plus. Ma langue, où est-elle ? Je la chercherais mieux un autre jour. Peut-être puis-je fouiller ses pensées, si tant est qu’il en ait. Elle ? Qu’importe, c’est une carotte. Je penche ma tête de côté. Craquement. Mes os se brisent lentement, tendre pourriture de mon corps par mon âme, avide de liberté. Je me détruis moi-même, c’est magnifique. Masochisme, ou ça ? Le goût du sang dans ma bouche se raréfie. Il m’en faut plus. Tuer ce feu maudit, le faire saigner à en mourir, pour mieux exulter. Comment, là n’est pas la question. La seule, la vraie, est : a-t-il bon goût ? Le feu peut brûler le palais, mais qui sait si j’en ai encore ? Mon terrier est trop petit pour toi, l’hiver ne m’atteindra pas. Pars avant qu’il ne soit trop tard.

    Ma tête s’agite convulsivement, crise d’épilepsie à cet âge ? Pas pour moi, trop beau. Le soleil joue avec les nuages dans mon cœur, ravageant les plaines de ma conscience. J’avance, pas après pas. Toujours plus lentement. Il – elle ? – pue, pas autant que moi, plus que moi ? Bah. On puera à deux, c’est toujours mieux. Les dents qu’ils me restent cherchent à agripper sa nuque. Je les laisse faire. Elles ont bien le droit de déchiqueter des trucs de temps en temps. Les rongeurs m’évitent, je crois qu’ils ne m’aiment pas. C’est triste, je les aime tellement ! Je fais une dépression depuis quelques temps, mon compagnon l’écureuil m’a quittée pour un de ses semblables. Suis-je si différente de vous ? Je veux juste quelqu’un que je puisse mordre et tuer, encore et encore. Est-ce que ce sera toi ?

    Mordra, mordra pas. Ma mâchoire se détache à la vitesse d’un aéronef, mes petits crocs partent à l’aventure. La fourrure du feu, sa chair brûlée, son âme cramée, son sang bouillant, voilà tout ce qu’elles veulent. Toujours plus, jamais assez. Du sang, encore, toujours, plus, il m’en faut plus ! Tuer, tuer, je vais te tuer. Planter mes jolies quenottes dans ta gorge et la déchirer d’un coup, te briser les clavicules, faire jaillir un flot de sang, si beau, si doux, si bon. Ouvrir ce crâne qui abrite ma nourriture favorite, ta cervelle. La mienne est inatteignable, peut-être inexistante. La tienne va me servir de réserve, je vais en avoir une par ton aide. Joli chat, gentil chat, tu vas m’aider à atteindre mon but.
    Code by Pokipsy




    Spoiler:
     

_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Orchidée
    MODO

avatar

Perso 1 : Etoile d'Orchidée // T
Perso 2 : Toile d'Araignée//O
Perso 3 : Petite Citrouille // O
Nombre de messages : 1883
Age : 20
Puf :
Spoiler:
 

Date d'inscription : 12/11/2011
Points : 2111

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Sam 7 Déc - 22:31


Il la dévore des yeux, étrange et hypnotique chatte qui s’avance lentement vers lui. Il aimerait avoir ses yeux, les siens sont ternes et ils en coulent un liquide qu’il n’arrive pas à identifier ? Des larmes ? Impossible, pas lui. Depuis le départ de sa famille il a arrêtait de pleurer. Pleurer c’est pour les faibles et même si n’est pas le plus fort de la forêt, il est fort psychologiquement et personne ne le fera verser une larme pour rien. Alors qu’est ce que c’est ? C’est poisseux. Quoi ? Il se met à saigner des yeux ? De nouveau c’est impossible. Certes il est mal en point mais jamais aucun chat n’a saigné des yeux. Elle ouvre la bouche, mais ne parle pas. Il est trop loin pour voir ce qui empêche la solitaire de faire sortir un mot de sa bouche. Aucun son dans sa gorge juste son souffle qui forme de petits nuages blanc et voluptueux dans l’air. Oh ! Que c’est beau ! C’est léger, ça représente la vie, l’espoir. Non alors c’est moche. Maintenant trône la mort sur la forêt. Et personne ne pourra rien y faire, la mort encore et encore. Délice de voir ses chats ne rien comprendre. Oiseau Blanc est un élu. Il est l’un des premiers à connaitre ce changement. Ce changement c’est l’avenir la puissance. Il doit marchait main dans la main avec ces semblables. Plus avec son clan mais avec ces autres lui. Il regarde la dent de son regard vert terne. Le roux à perdu de sa puissance mais il reste puissance. Et comme l’inconnu en face de lui, ils régneront. Pas de violence entre eux. L’amour seul doit régner entre ceux de son espèce. Elle s’avance toujours vers lui, et il ne bouge pas. Qu’est ce que sa démarche est belle, elle à de la classe, elle est mécanique, carré lente. Les autres ont une démarche des plus terribles. C’est quoi c’était impression de se balader comme des volatiles. Vous savez ce qu’on fait des volatiles ? On les passe à la casserole. Chats de la forêt vous êtes des proies de délicieuse proies que lui et ses amies vont prendre un plaisir à convertir. Il la laisse venir jusqu’à lui pourquoi donc l’en empêchait. Elle te fait basculer et lui il se laissait faire comme un pauvre soumis. Il ne voulait pas lui faire du mal mais elle semblait le vouloir. Que devait-il faire ? La laissait faire ? Son odeur…C’était la même que lui c’était un signe. Ils étaient pareils. Deux amis, deux compatriotes. Pourquoi donc cherchait-elle à lui mordre la gorge ? Il ne devait pas se laissait faire mais pourtant il était attiré par la sensation qu’il aurait. Alors il la laissa faire de secondes, il laissa les crocs rentrer dans sa chair tendre et la fit reculer. Son pelage roux et blanc se teinta d’un peu de rouge mais il n’oublierait pas. De nouveau il était face à elle, il sentait son souffle, il sentait l’odeur de son sang et il le voyait dans sa bouche. Il lui manquait plus de dent que lui mais alors qu’est ce que ça voulait dire ?

-Pourquoi faire la guerre entre nous ? Les chats des clans sont ceux qu’il faut attaquer…Ensemble on pourrait y arriver….Ensemble tout serait possible….


Spoiler:
 

_________________

Etoile d'Orchidée-Toile d'Araignée - Tendre  Basilic - Bleuet Glacé- Nuage de Vérité - Nuage de Mangue - Petite Citrouille


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Ven 10 Jan - 6:41




    “Âme Vagabonde”
    Le sang, goût de vie, goût de mort. Zombie.


    Young & Beautiful – Lana Del Rey

    Il me repousse lentement, presque tendrement. Mon esprit cherche des repères. Je le fixe, indécise, hésitant à replonger dans ce délice rouge, celui qui, je le sais, me donnera accès à l’aliment ultime. Je déglutis, ma bouche se ré-entrouvre automatiquement, attirée par ce sang qui l’appelle. J’ai du mal à aligner deux pensées. Je recule d’un pas. Le feu a une forme que j’essaye d’identifier. Un état déplorable, du sang autour des yeux. Si joli, si tendre. J’esquisse un vague sourire béat. J’ai trouvé mon compagnon, mon semblable, mon pareil, mon moi. Un chat de feu rempli de sang. A-t-il une cervelle ? Qu’importe, on ne se mange pas. Enfin si. Je ne sais pas. Je ne sais plus. J’ai si bon goût… Il ouvre la bouche. J’aperçois une petite langue rose, si tentante. « Pourquoi faire la guerre entre nous ? Les chats des Clans sont ceux qu’il faut attaquer… Ensemble on pourrait y arriver… Ensemble tout serait possible… »

    Je le fixe. Machinalement, je m’assois, penche la tête de côté. Craquement. Mes os se brisent peu à peu. Bientôt je ne pourrais plus marcher. Qu’importent les détails quand une âme est là, sa cervelle à disposition ? Je ne peux parler, mais je peux encore m’exprimer. Dans sa tête. Je fronce le museau. Toutes ces pensées censées m’ont épuisée. « Ouais. Ail… Âme Vagabonde. T’es qui ? » Je renie ce nom de soumise. Je ne suis plus. Je suis autre. Qui, cette fois, m’illustre à merveille. Ces chats maudits, ceux qui m’ont toujours détestée, haïe. Parce que je suis différente. Comme eux. Mais pas comme eux. Ils ne savent pas encore à quel point. C’est le premier. C’est un mâle. Premier à savoir. Tuera, tuera pas ?

    Ce sang qui bouillonne, appel de feu dans mon âme en fusion. Je m’approche, c’est indéniable, un nœud de l’avenir, une action qui ne peut que s’accomplir. Avec délice, je lèche le liquide maudit – magique – qui coule autour de ses yeux. Une âme meurtrie, un compagnon, meurtrier de l’âme. Nous sommes deux, nous serons plus, bien plus, toujours, encore. Je sens son haleine fétide, sa puanteur. Mort, sang. Il est comme moi. Je le sens dans sa tête. Dans la mienne. Nous ne sommes qu’un. Nous sommes plusieurs. Bientôt. Je n’ai plus d’ailes, n’en ai jamais eu. Elles sont brisées, plantées dans mon corps, mon âme. Je ne pourrais plus jamais m’en aller. Ne l’ai jamais voulu. Plus maintenant. Il est là, son feu me réchauffe. Ame flamboyante, vivante. Morte.

    Condamnés. Heureux. Deux. C’est le début de la fin. Je le sais, il le sait, tout le monde le sait, des arbres aux petits oiseaux, tous sont au courant. Ils ne pourront pas se cacher bien longtemps, nous allons les traquer. Leur montrer le pouvoir du sang et de la mort. « Dieu de la Mort. La Faucheuse. » Les phrases chuchotées dans son esprit font écho à de vagues souvenirs. Trop loin pour me rattraper, me manger. Je vous mangerais avant. Et lui aussi. Mon ami, mon frère, mon tout, mon moi. Quelqu’un, enfin, pour me sortir de cet Enfer et m’amener dans la fournaise où brûlera mon âme pour l’Éternité. Si beau, si magique. Bientôt, la délivrance, la fin de tout. Une renaissance, ailleurs, nulle part. Une morte qui vit, une vivante qui s’accroche à la mort. C’est moi, c’est toi, c’est nous. C’est tout.
    Code by Pokipsy


_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Orchidée
    MODO

avatar

Perso 1 : Etoile d'Orchidée // T
Perso 2 : Toile d'Araignée//O
Perso 3 : Petite Citrouille // O
Nombre de messages : 1883
Age : 20
Puf :
Spoiler:
 

Date d'inscription : 12/11/2011
Points : 2111

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Dim 16 Fév - 14:34

Oiseau de Feu



C’est elle, elle qui l’inquiète et le réconforte. Il n’a jamais vraiment une place importante. Chat meurtri par les événements de la vie. Il ‘a parcouru que la moitié de sa vie mais pourtant sa fourrure de feu à perdu de la vigueur. Dans son regard vert éteins brûle une nouvelle flamme. Une flamme nouvelle qui brûlera la forêt. Elle s’approche de lui, pas de robot, saccadait. Il ne se méfie pas alors que ses os craquent qu’en il fait rouler ses anciens muscles. Ça ne lui fait rien, à vrai dire ça lui fait même du bien. Ça montre qu’il est vivant même si son cœur est mort. Alors c’est un mort vivant. Est-ce que ce mot existe ? Sinon ça voudrait dire qu’il l’avait crée. Le sang lui coule toujours dans les yeux. Il sent le souffle de sa compagne. Compagne…Compagne d’aventure ? En tout cas elle lui lèche les gouttes qui coulent. Il l’observe avec attention. Que peut-il dire si ce n’est rien. Il aimerait bien rencontrer d’autres eux. Mais ce serait de loin ça préférer lui. Pourquoi ? Parce qu’elle c’est la première, la seule, l’unique. Elle a en elle un feu qui la consume, est ce que Oiseau Blanc est ce feu là ? Non il ne s’appellera plus comme ça, tels le Phénix il renaît et il s’appellera l’oiseau de feu. Oiseau de Feu c’est sympa comme nom ? Lui il aime, il peu enfin choisir son nom et pas faire confiance à son chef. Mais dans le fond il doit lui être reconnaissant car il lui a permit de rencontrer cette somptueuse semblable.  Il en est fière très fière même. Comment ne pas l’être après tout. Il se tient bien droit provoquant se craquèlement caractéristique de sa décomposition. Ses yeux verts moins vifs brillent d’une nouvelle étincelle.

-Mettons-nous en route ma moitié car il nous faut retrouver nos semblables. Nous ne sommes point seuls dans cette forêt j’en suis persuadé alors allons-y. Prêchons la bonne parole…

_________________

Etoile d'Orchidée-Toile d'Araignée - Tendre  Basilic - Bleuet Glacé- Nuage de Vérité - Nuage de Mangue - Petite Citrouille


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Lun 17 Fév - 0:17



    “Âme Vagabonde”
    Baby be the class clown, I’ll be the beauty queen in tears.


    Lana Del Rey – Summertime Sadness

    - Mettons-nous en route ma moitié, car il nous faut retrouver nos semblables. Nous ne sommes point seuls dans cette forêt, j’en suis persuadé, alors allons-y. Prêchons la bonne parole… Je le dévisage. Lui aussi est un insoumis. Oiseau de Feu. Joli. On devrait tous choisir notre nom, ces petits mots qui définissent tout notre être. Des fées qui chuchotent à chacun de nos pas, qui nous dirigent un peu partout, nous amènent à des carrefours, des choix, des envies, de peurs, des faiblesses, du sang. Toujours. Tout tourne autour de lui. Il est l’ange qui nous donne des ailes enchaînées, avec pour consigne de nous libérer ; la pluie qui tombe sur notre pelage tandis que le ciel est clair et dégagé ; le miel qui coule dans notre gorge pendant que l’on cherche à enfanter ; le principe de la vie et de la mort, de la douleur et de la solitude, de la famille et de l’amour. Il est tout et rien à la fois.

    Mes pattes tentent de se coordonner pour avancer. Mon corps flotte dans la chaleur ambiante, porté par des papillons aux ailes de feu. Je m’appuie contre le Phénix. Il n’y a plus de Clans. Il a juste Nous et Eux. La Mort contre la Vie. Et comme toujours, la Mort gagnera, car il n’y a pas de vie sans la mort, car elle est l’essence de la peur et des remords, la mère des pâquerettes rouges qui frémissent entre mes griffes, le sentiment d’impuissance et de fertilité, de bonheur écarté. Il y en a d’autres, d’autres enfants d’Elle, des comme nous, des nous, mais des pas nous. Nous, on sera ensemble, on est ensemble, on est pareils, comme les autres, mais pas tout à fait, parce qu’on s’est trouvés avant de les trouver, qu’on a existé avant d’être créés. Principe de la non-existence.

    Je ne sais pas combien de temps on marche, je m’en fous, je ne compte pas. Mais j’ai faim, une faim dévorante, qui me bouffe les entrailles alors que ça devrait être l’inverse. Je grogne. Je me détache du feu et lui fait face. Je ne peux pas le manger, le manger c’est me manger, il est moi, il est nous. Mais je me suis déjà mangée. Proie, il me faut une proie, un gibier, quelque chose à attraper, à dévorer, à étriper, égorger vif. Hé, j’ai faim. Tu m’aides à chasser ? Mes pensées vrillent son esprit, comme les noisettes balancées par la famille de mon ex l’écureuil. J’ai faim, donne-moi à bouffer, c’est tout. Ensuite on continuera, on cherchera d’autres nous. Mais pas là. Il me faut du sang et de la cervelle. Beaucoup. Merde quoi, on a pas le droit de refuser à manger à une chatte enceinte ! Et même si c’est pas mon cas, rien à foutre ! J’ai faim !

    Mes yeux tourbillonnent dans leurs orbites, ma gueule entrouverte bave, mon museau déchiqueté hume l’air, à la recherche d’une proie, quelqu’un, quelque chose. Manger.
    Code by Pokipsy




    Spoiler:
     

_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Orchidée
    MODO

avatar

Perso 1 : Etoile d'Orchidée // T
Perso 2 : Toile d'Araignée//O
Perso 3 : Petite Citrouille // O
Nombre de messages : 1883
Age : 20
Puf :
Spoiler:
 

Date d'inscription : 12/11/2011
Points : 2111

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Sam 15 Mar - 13:56







Viande





Ils se mettent en route, une démarche mécanique. Son poids à elle s’appuie contre son épaule à lui. Il la sent, une odeur douce et enivrante une odeur qu’il aime. Il donnerait n’importe quoi pour que la puanteur des chats des clans cesse et pour que seul la leur règne. Mais pour ça il faut conquérir, il faut d’autres eux. Promis il le fera, il fera tout pour elle pour les eux. Mais pas pour les chats des clans. C’est finit, l’oiseau de feu à prit son envole, il crame la forêt. Peur et tristesse voilà le plaisir qu’il recherche avec elle.

Elle s’arrête ou plutôt elle le stop. Ok c’est d’accord il ne bouge plus. Il se demande ce qu’elle veut, pourquoi s’arrête-elle maintenant ? A-t-elle entendu un bruit ? Des amis ou des ennemis approche ? Il ne sait pas quoi faire, que dire…Mais une voix vient s’immiscer dans sa tête, d’abord il prend peur puis se décontracte instantanément. Ce n’est pas le moment de flipper, ce n’est qu’elle, elle est ça drôle de magie noire. Il la regarde de ses yeux verts sans éclats, couleur moisissure.

Elle a fin, lui non mais elle oui alors il va se mettre en chasse car c’est son devoir sa responsabilité. Lui aussi lève le museau, il hume l’air et sent un soupçon d’animal. Il semblerait qu’il soit en meilleur état qu’elle sur le point de vue olfactif vu qu’il s’approche déjà à pas automatique mais silencieux vers l’origine de l’odeur. Son odeur de mort est inhabituel pour les petits animaux de la forêt alors ils ne se méfient pas. La musaraigne qui grignote paisiblement n’a pas prit connaissance du risque. Elle pense que c’est une senteur comme une autre, elle a bien tort. Il va pour se jeter sur elle mais il est couper dans son geste. Un autre chat venait de tuer la bête. Il héla sa compagne : voilà qui peut être pourrait la rassasier, si elle venait l’aider à le choper.

Code by BlueBerry




_________________

Etoile d'Orchidée-Toile d'Araignée - Tendre  Basilic - Bleuet Glacé- Nuage de Vérité - Nuage de Mangue - Petite Citrouille


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emy
    MODO TWEET
    Crazy is the new sexy

avatar

Perso 1 : Soul
Nombre de messages : 524
Age : 19
Puf : Emy or Tweet for Everybody
Pouet l'Éclair for Tous les cinglés du QPUC

You:
 

Date d'inscription : 20/11/2012
Points : 608

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Mar 6 Mai - 7:37



    “Âme Vagabonde”
    Don’t be fuckin’ with Harry Potter


    Une odeur, une autre, de chat, pas chat, pas nous. Une odeur de vie, de sang bouillonnant, promesse de repas. Bien meilleure que la stupide musaraigne que Phénix comptait attraper. Un félin, grand, noueux comme l’arbre où s’est réfugié mon ex – l’écureuil, rappelez-vous – et fort comme un tronc. C’est peut-être un chêne. Un arbre-chat. Tiens, c’est drôle comme idée. Est-ce que de la sève coule dans ses veines ? J’aimerais bien vérifier. Je vais vérifier. L’oiseau m’appelle, me désigne l’autre, comme s’il disait, « Tiens, on le bouffe ? » Oui, on le bouffe. Juste pour voir si la vie me fera le plaisir d’égayer mon corps rapiécé ou si je suis condamnée à mourir en lambeaux de fumée. Et puis aussi pour combler le vide dans mes entrailles de chatte enceinte mais pas tout à fait. Oui, surtout pour ça. Parce que c’est vachement chiant d’entendre des chatons-écureuils fantômes brailler dans votre bide alors que vous avez rien demandé.

    Le chat lève la tête, nous regarde, perplexe. Il comprend pas trop. Nous non plus, t’inquiètes. On sait juste qu’on va te bouffer, bouffer pour vivre, bouffer pour éliminer la vie, bouffer pour donner la mort, puis mourir ensuite comme des merdes. C’est comme ça, c’est tout. T’es qu’un chat de Clan, tu peux pas comprendre. Tu crois que le ciel va te protéger mais tu te trompes. Là, ils sont en train de se foutre de votre gueule, tranquillement allongés sur des pierres chaudes à brailler des chansons paillardes, heureux d’avoir crevé avant l’apocalypse. Il se fige, plus très sûr de ce qu’il doit faire. Fronce le museau. Réflexe vieux comme le monde. Attaque. Il saute en avant, plante ses crocs dans mon pelage crasseux. Les ressort, écœuré. Une espèce de liquide orangé jaillit, une chose qui fut autrefois du sang. Je ne peux m’empêcher de frémir de plaisir.

    Un peu maso sur les bords, je le crains. Tiens, ça me fait penser à l’éléphant bleu que j’avais croisé il y a peu. Des lapins roses carnivores le bouffaient sans qu’il réagisse. Je crois qu’il aimait bien ça. C’est drôle, ça donnerait presque envie d’essayer. Petit temps de réaction avant de comprendre que proie est assez déroutée pour que je me permette de la croquer. Délicatement, sans plus de cérémonies, y laissant quelques dents au passage, j’enfonce mes canines dans sa chair tendre et veloutée. Il hoquète, se débat. J’enfonce mes crocs plus profondément, savourant le sang qui coule dans ma gorge. « Finis-le ! » Vite. Avant qu’il ne me repousse. Sa cervelle sent si bon… Je peux déjà goûter le doux parfum de sa flasque gélatine pétiller sur ma langue. Vite.
    Code by Pokipsy




    Spoiler:
     

_________________
- breathe -
Made a wrong turn once or twice. Dug my way out. Blood and fire. Bad decisions, that’s alright. Welcome to my silly life. Mistreated, misplaced, missunderstood. Miss “no way its all good”.Mistaken, always second guessing, underestimated. Look, I'm still around.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etoile d'Orchidée
    MODO

avatar

Perso 1 : Etoile d'Orchidée // T
Perso 2 : Toile d'Araignée//O
Perso 3 : Petite Citrouille // O
Nombre de messages : 1883
Age : 20
Puf :
Spoiler:
 

Date d'inscription : 12/11/2011
Points : 2111

Feuille de personnage
Affinité:
But du félin:
Famille:

MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   Dim 25 Mai - 19:09

L'oiseau


Est-ce qu’il le connait ce chat ? Tout cela lui semble familier, après tout son visage, sa démarche. Il grogne, un truc insonore mais qui chatouille sa gorge encore chaude dans se corps qui se désarticule. Petit à petit l’autre essaye de comprendre la situation. D’abord avec un certains recule puis après il comprend le danger alors il saute. Griffe sorti il se jette sur sa compagne. C’est un peu une sorte de flamme qui ravive la couleur de ses yeux vert. Un éclair de lucidité sans doute, un flot d’information dans sa petite caboche. C’est un membre de son clan, oui c’est exactement ça il distingue encore une effluve de poisson.

-Finit le !!

Encore dans sa tête, cette voix qui résonne doucement agréable sensation. C’est simple, c’est doux. Il saute sur son ancien compagnon et lui déchiquète la jugulaire. Ça c’est fait, s’en est fini de lui. Son dernier brin d’humanité envolé avec cette vie. Une pointe de tristesse. Non, il ne peut être triste, ce serait trop cruel de lui infliger ça maintenant. Il se recule religieusement et laisse sa compagne grignoter ce dont-elle souhaite ardemment. Lui ne veut plus rien son état de décomposition avancé le fait appartenir à une autre catégorie, une supérieure, dirigeait par la mort, le sang, les boyaux. Remord. Gros remord. Il se sent défaillir, ses pattes cèdent, et il s’étale le nez dans la poussière. Pauvre museau blanc qui se teinte de marron et puis de rouge, il saigne du pif, il ressent encore la douleur. Pourquoi lui et pas elle ? C’est quoi son problème… Il claque soigneusement de ses quelques dents et se relève gauchement. Avant de s’étaler de nouveau.

-Bon appétit !

_________________

Etoile d'Orchidée-Toile d'Araignée - Tendre  Basilic - Bleuet Glacé- Nuage de Vérité - Nuage de Mangue - Petite Citrouille


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[LIBRE, ICI ZOMBIE] Hey, Biatch, wanna have fun with me ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [libre] I wanna be, the very best !!
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Archives
 :: Anciens RPS :: RPs Abandonnés
-
Sauter vers: